Le programme provisoire d’éducation sexuelle crée de la confusion en Ontario

TORONTO — La présidente du plus important conseil scolaire du Canada estime que le gouvernement de l’Ontario doit préciser ce que les enseignants pourront et ne pourront plus enseigner aux enfants pendant les nouveaux cours d’éducation sexuelle au retour des classes, dans moins de deux semaines.

Robin Pilkey, présidente du Conseil scolaire de Toronto, affirme que le programme provisoire d’éducation sexuelle annoncé mercredi n’établit pas clairement ce qui le distingue du programme modernisé mis en place par le précédent gouvernement libéral en 2015, et abrogé cet été par les progressistes-conservateurs de Doug Ford.

Mme Pilkey a expliqué jeudi que le personnel du conseil scolaire examinait actuellement le programme provisoire et le comparait à la version précédente pour en dégager les différences. Elle déplore le fait que le gouvernement a eu des mois pour fournir cette information aux enseignants.

Le gouvernement a publié mercredi ce programme provisoire qui remplacera le programme réformé des libéraux jusqu’à l’élaboration d’un autre programme, après de nouvelles consultations avec les parents. Les conservateurs ont aussi prévenu que les enseignants qui utiliseraient la version abrogée de 2015 en subiraient les conséquences; on invite d’ailleurs les parents à dénoncer, de façon anonyme, toute violation de cette directive.

Mme Pilkey rappelle que les parents ne seront probablement pas en mesure de déterminer si un enseignant utilise la bonne version. Les plus grands syndicats d’enseignants de la province ont par ailleurs promis mercredi de défendre tout éducateur qui continuerait à utiliser la version 2015 du programme.

Promesse électorale

Respectant une promesse électorale, le gouvernement Ford a annoncé le mois dernier l’abrogation du programme d’éducation sexuelle de 2015, qui abordait notamment des enjeux contemporains comme le harcèlement en ligne et le sextage.

Ses opposants, en particulier les conservateurs sociaux, contestaient certains chapitres traitant par exemple des relations homosexuelles, de l’identité de genre et de la masturbation. Une nouvelle version du programme d’éducation sexuelle est maintenant prévue pour l’année scolaire 2019-2020.

La chef du Nouveau Parti démocratique, Andrea Horwath, a critiqué le gouvernement pour avoir semé la confusion et pour ne pas avoir expliqué clairement les différences entre les deux programmes. «M. Ford continue de mettre nos enfants en danger dans le but de satisfaire des ententes de coulisses conclues avec les conservateurs sociaux radicaux de son parti lorsqu’il était candidat à la direction.»

La chef de l’opposition dénonce aussi l’appel à la dénonciation anonyme des parents, qualifiant cette approche de tentative visant à les opposer aux enseignants. «Je pense que c’est un outil que M. Ford utilise encore une fois pour créer des divisions, et c’est une tactique mesquine.»

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie