Le Qatar détient deux journalistes norvégiens après leur couverture de la CM

DUBAÏ, Émirats arabes unis — Les autorités du Qatar ont détenu deux journalistes de la télé d’État de la Norvège pendant plus de 30 heures et effacé une partie des images qu’ils avaient enregistrées dans un camp de travailleurs migrants alors qu’ils tentaient d’effectuer un reportage sur la situation problématique de ces travailleurs pendant les préparatifs en vue de la Coupe du monde 2022 de football.

Le gouvernement du Qatar a accusé les journalistes de la NRK Halvor Ekeland et Lokman Ghorbani «d’intrusion sur une propriété privée» et de «tournage sans permis». Les deux sont retournés en Norvège mercredi à la suite de leur arrestation. Les journalistes affirment avoir obtenu une permission verbale de la part de ceux qu’ils filmaient.

Ces arrestations ont entraîné un différend diplomatique entre la Norvège et le Qatar. L’agence de presse norvégienne NTB a rapporté que l’ambassadeur qatari a été convoqué par la ministre des Affaires étrangères de la Norvège, Anniksen Huitfeld, en lien avec cette affaire.

Le premier ministre norvégien, Jonas Gahr, a qualifié ces arrestations «d’inacceptables».

«Une presse libre est cruciale dans une démocratie, a écrit Gahr sur Twitter. Cela démontre également l’importance d’avoir accordé le plus récent prix Nobel de la Paix à des journalistes. Je suis très heureux qu’Halvor Ekeand et Lokman Ghorbani ait maintenant été relâchés.»

«La liberté de presse est nécessaire à la démocratie et est également fondamentale pour faire respecter les droits de la personne», a pour sa part déclaré dans un communiqué transmis à NRK la ministre Huitfeld.

Ces arrestations, à un an de la Coupe du monde, démontrent à quel point le gouvernement autocratique du Qatar est sensible. D’autres journalistes ont également été détenus à la suite de reportages au pays.

Ekeland, un journaliste sportif, et Ghorbani, un photographe, se trouvaient dans petit pays du Moyen-Orient alors que ce dernier soulignait les 365 jours avant l’ouverture du Mondial 2022.

«Ils ont obtenu toutes les permissions nécessaires pour mener leurs interviews», a déclaré le patron de NKR, Thor Gjermund Eriksen dans les quartiers généraux de l’organisme, à Oslo.

Ekeland a indiqué qu’ils n’avaient pas de permission écrite pour filmer sur les propriétés privées, mais que les gens sur place avaient donné leur accord. Des agents en civil se sont plus tard présentés à leur hôtel et leur ont demandé de les suivre dans un poste de police.

«Nous craignions de ne pas pouvoir tourner, mais nous avions été invités par les organisateurs de la Coupe du monde afin d’y tourner un reportage et plusieurs autres médias s’y trouvaient également», a dit Ekeland.

Les agents avaient «un ton très rude et souhaitaient (nous) intimider», a ajouté Ekeland, tout en précisant qu’il n’avaient pas été menacés ou que ces agents n’avaient pas eu recours à la violence.

«Nous trouvons que nous avons été bien traités», a-t-il assuré.

Les journalistes ont dit à NRK qu’ils n’avaient pas pu quitter le pays avec leur équipement. Le Syndicat des journalistes de Norvège et la Fédération norvégienne de football ont tous deux critiqué leur arrestation.

Le gouvernement du Qatar a indiqué que les deux hommes ont été arrêtés à la suite d’une plainte d’un propriétaire non identifié d’un lotissement dans la zone industrielle du pays, où se trouvent les camps de travailleurs. Il a précisé qu’Ekeland avait fait une demande de permis de tournage, mais que les autorités ne l’avaient pas accordé avant qu’il ne se rende sur ce site.

Le Qatar, comme d’autres États arabes du golfe Persique où la liberté d’expression est réglementée de façon très stricte, exige des journalistes qu’ils aient un permis pour effectuer leur travail.

«Comme dans la plupart des pays, l’intrusion est contraire aux lois qataris, ce dont les membres de cette équipe de tournage étaient bien au fait avant d’entrer sur cette propriété, lit-on dans ce communiqué. Les images tournées pendant cette intrusion ont été effacées par les autorités, comme le prescrivent les lois du Qatar.»

Questionnée par l’Associated Press au sujet des commentaires du Qatar concernant ses journalistes, la NRK a répondu par communiqué qu’elle était en désaccord avec ces affirmations et que ses journalistes «se sont comportés selon les principes et l’éthique journalistiques».

«Même si les autorités du Qatar croient que ces journalistes ont contrevenu à quelque loi que ce soit, le traitement reçu est inacceptable, a fait valoir la NRK. La détention de ces journalistes et la confiscation de leur équipement sont complètement hors de proportion. Cela constitue une menace au journalisme libre et indépendant et jettent une douche froide sur tous les journalistes visitant le Qatar.»

Le Qatar accueille le Commandement central de l’Armée américaine. Il a fait l’objet d’une attention particulière au sujet de sa façon de traiter les travailleurs étrangers depuis qu’il a obtenu les droits d’organiser la Coupe du monde 2022.

—-

Olsen a contribué de Copenhague, au Danemark.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.