Le Québécois accusé de l’enlèvement d’un couple d’aînés américains témoignera

MONTRÉAL — Le Québécois accusé de l’enlèvement d’un couple de septuagénaires du nord de l’État de New York, en septembre 2020, témoignera pour sa propre défense au procès, à Montréal.

Son avocat, John T. Pepper, a déclaré jeudi au jury, dans une déclaration liminaire, que Gary Arnold devrait témoigner incessamment.

Arnold fait face à sept chefs d’accusation, dont enlèvement, séquestration, extorsion et complot.

La Couronne soutient que Sandra et James Helm, de Moira, dans l’État de New York, ont été enlevés le 27 septembre 2020 pour une affaire de dette de drogue de leur petit-fils, Mackenzie. Cet homme avait été arrêté par les autorités américaines six jours plus tôt en possession de 50 kilos de cocaïne.

Le couple d’aînés américains a été libéré deux jours plus tard d’un chalet à Magog, dans les Cantons de l’Est, par une escouade tactique de la Sûreté du Québec.

L’avocat de la défense a déclaré jeudi qu’Arnold fournirait une explication sur ce qui s’était passé lors de l’enlèvement ce jour-là. Il a indiqué aux jurés que son client témoignera qu’il avait été «forcé» de participer à l’événement.

«L’accusé témoignera et vous dira: ‘voici ce que j’ai traversé, voici ce que j’ai vécu’, a déclaré Me Pepper. La Couronne doit prouver (sa culpabilité) hors de tout doute raisonnable, et je vous soumets qu’il y a une raison pour laquelle ce monsieur a participé à ce qu’il a fait.»

La Couronne a conclu mardi son dossier contre l’homme de 54 ans de Godmanchester, en Montérégie, après le témoignage des victimes et d’un parent, ainsi qu’une multitude d’éléments de preuve d’écoutes électroniques et de données cellulaires.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.