Le rapport final sur les problèmes du SLR d’Ottawa sera publié mercredi

OTTAWA — Après de fréquentes interruptions de service, deux déraillements et de nombreux trajets gâchés, les habitants d’Ottawa sont sur le point d’avoir un portrait détaillé de ce qui n’a pas fonctionné avec le système de transport léger sur rail (SLR) de la ville.

Une enquête publique qui a débuté en novembre de l’année dernière doit publier son rapport final mercredi.

Le système de train léger sur rail d’Ottawa a ouvert ses portes au public en septembre 2019, un an plus tard que prévu, et les pépins ont immédiatement commencé.

Des portes qui ne fermaient pas correctement aux réparations presque constantes, de nombreux usagers étaient mécontents du système qui a remplacé plusieurs autobus d’OC Transpo. Il a finalement été fermé temporairement après des déraillements en août et septembre de l’année dernière.

L’ancienne commissaire au transport en commun, Sarah Wright-Gilbert, a déclaré qu’elle espérait que le rapport tant attendu tiendrait les personnes impliquées responsables.

Mme Wright-Gilbert a dit qu’elle était «littéralement mystifiée» quant à la façon dont les problèmes ont pu se produire avec un tout nouveau système qui avait le feu vert pour commencer à fonctionner.

«Je pense que ce nouveau mandat du conseil municipal et ce nouveau maire doivent faire les bons choix (concernant le système léger sur rail) pour repartir du bon pied.»

Laura Shantz, membre du conseil d’administration d’Ottawa Transit Riders, une organisation vouée à l’amélioration du transport en commun, veut des réponses claires pour déterminer comment et où le système léger sur rail a mal tourné, en particulier compte tenu des plans d’expansion du réseau de rails. 

«Nous savons que la ville souhaite étendre à nouveau le SLR, et nous devons nous assurer que nous apprenons nos leçons et que nous ne répétons pas les mêmes erreurs», a soutenu Mme Shantz.

Le conseil municipal d’Ottawa a déjà intenté une action en justice contre Rideau Transit Group, un consortium d’entreprises qui s’est vu attribuer le contrat de 2,1 milliards $ pour concevoir et construire le système et en assurer l’entretien continu.

Lundi, le directeur municipal Steve Kanellakos a démissionné de son poste, citant la publication prochaine du rapport comme raison.

Dans une lettre adressée aux employés de la Ville d’Ottawa, M. Kanellakos dit qu’il croit que le rapport sera très critique envers la Ville et son personnel, et qu’il est préférable d’avoir un nouveau leadership pour mettre en œuvre les recommandations.

———

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.