Le report de l’audience d’immigration d’un ancien nazi suscite l’indignation

OTTAWA — Des organisations juives ont exprimé leur consternation après le report de l’audience d’immigration d’un ancien membre de l’escadron de la mort nazi.

L’audience de Helmut Oberlander, qui pourrait mener à son expulsion du Canada, a été reportée au moins jusqu’au 20 mars puisque la Cour fédérale a décidé que l’homme de l’Ontario pouvait disposer de plus de temps pour se préparer.

L’homme de 96 ans, qui est né en Ukraine, était membre d’un escadron de la mort nazi, qui agissait derrière la ligne de front de l’armée allemande dans les territoires occupés de l’Est pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Il faisait partie d’une organisation responsable du meurtre de plus de deux millions de personnes, dont la plupart étaient juives.

M. Oberlander plaide qu’il a été enrôlé dans ses fonctions à l’adolescence et que la sanction pour désertion était l’exécution.

Pinchas Gutter, coprésident du groupe Canadian Jewish Holocaust Survivors and Descendants, a exhorté le gouvernement fédéral à clore la procédure d’immigration sans plus tarder.

Le directeur général de B’nai Brith Canada, Michael Mostyn, a qualifié le report de «tragédie et de honte à la réputation du Canada».

M. Oberlander a été dans l’unité l’Ek 10a en tant qu’interprète de 1941 à 1943. Vivant et voyageant à plein temps avec l’unité, ses responsabilités comprenaient également la recherche et la protection de la nourriture et le polissage des bottes. 

Il dit qu’il n’a jamais participé à un meurtre.

Le promoteur immobilier à la retraite, qui vit à Waterloo, en Ontario, est arrivé au Canada en 1954 et est devenu citoyen canadien six ans plus tard. Il n’a pas divulgué son expérience en temps de guerre lorsqu’il a demandé à émigrer, à son entrée au Canada ou lorsqu’il a demandé la citoyenneté.

En juin 2017, le gouvernement fédéral a révoqué la citoyenneté canadienne de M. Oberlander pour la quatrième fois depuis le milieu des années 1990.

Laisser un commentaire