Le risque de transmission au 3e trimestre serait très faible

MONTRÉAL — Une femme enceinte infectée par le coronavirus pendant le troisième trimestre de sa grossesse semble très peu susceptible de transmettre la maladie à son foetus, concluent des chercheurs américains.

L’étude financée par les National Institutes of Health des États-Unis a recruté 127 femmes enceintes admises dans un hôpital de la région de Boston au printemps de 2020. Aucune des 64 femmes chez qui le SRAS-CoV-2 avait été détecté n’a accouché d’un bébé malade.

Le groupe témoin était composé de 63 femmes enceintes en santé et de 11 femmes infectées, mais qui n’étaient pas enceintes.

Les données concernant les femmes infectées pendant le premier ou le deuxième trimestre de grossesse sont encore en train d’être analysées.

Trente-six pour cent des femmes porteuses du virus étaient asymptomatiques, 34 % présentaient des symptômes légers, 11 % des symptômes modérés, 16 % des symptômes graves et 3 % des symptômes critiques.

Les femmes porteuses du coronavirus, qu’elles soient enceintes ou non, ont produit des quantités comparables d’anticorps contre le SRAS-CoV-2.

Ces anticorps ont toutefois été mesurés en concentrations inférieures à que ce que prévoyaient les chercheurs dans le sang du cordon ombilical des femmes malades. En comparaison, le sang du cordon ombilical contenait des quantités élevées d’anticorps contre l’influenza, possiblement parce que la mère avait été vaccinée contre la grippe. Cela pourrait vouloir dire que les anticorps contre le SRAS-CoV-2 traversent la barrière placentaire plus difficilement que d’autres anticorps maternels.

Les auteurs croient qu’il sera important d’approfondir ce phénomène, notamment pour savoir si les bébés naissants sont donc plus vulnérables à une infection par le SRAS-CoV-2 qu’à d’autres infections.

Les chercheurs ont enfin constaté que le placenta des femmes gravement malades était plus susceptible d’avoir souffert d’un apport sanguin réduit.

Les conclusions de cette étude ont été publiées par le journal médical JAMA Open Network.

Laisser un commentaire