Le roi Charles III a été accueilli par une foule en liesse en Irlande du Nord

ÉDIMBOURG, Royaume-Uni — Le roi Charles III a été accueilli chaleureusement en Irlande du Nord, mardi, où il termine sa tournée des nations qui composent le Royaume-Uni dans la foulée du décès de sa mère, la reine Élisabeth II.

Des centaines de personnes se sont massées dans la rue menant au château de Hillsborough, la résidence officielle de la famille royale en Irlande du Nord, juste à l’extérieur de Belfast.

Charles et sa femme Camilla, la reine consort, sont sortis de leur voiture pour rencontrer les villageois – saluant la foule en liesse et utilisant parfois les deux mains à la fois pour serrer toutes les mains tendues.

Le roi a même caressé un corgi – la race de chien préférée de sa défunte mère – brandi par une personne.

Le cercueil de la mère du roi, la reine Élisabeth II, est quant à lui resté en Écosse pour une bonne partie de la journée. Il sera transporté ensuite à Londres, où il sera reconduit à Buckingham Palace.

La veille, Charles, ses frères et sa sœur, Anne, Andrew et Edward, la tête baissée, se sont brièvement recueillis autour du cercueil de la reine Élisabeth II dans la cathédrale Saint-Gilles à Édimbourg alors que les membres du public défilaient.

L’Écosse, où la reine est décédée jeudi dans son domaine bien-aimé de Balmoral après un règne de 70 ans, a été presque universelle dans ses éloges pour la reine.

Mais la monarchie britannique attire des émotions plus mitigées en Irlande du Nord, où il y a deux communautés principales : des unionistes protestants qui se considèrent comme Britanniques et des nationalistes largement catholiques romains qui se considèrent comme Irlandais.

Cette scission a alimenté trois décennies de violences impliquant des groupes paramilitaires des deux côtés et les forces de sécurité britanniques, au cours desquelles 3600 personnes sont mortes. La famille royale a été personnellement touchée par ce conflit violent : Lord Louis Mountbatten, cousin de la reine et mentor très apprécié de Charles, a été tué par une bombe de l’armée républicaine irlandaise (IRA) en 1979.

Un profond clivage sectaire demeure, un quart de siècle après l’accord de paix de 1998 en Irlande du Nord.

Mais tout de même, la paix a fait son chemin, puisque des représentants du Sinn Fein – le principal parti nationaliste irlandais lié pendant le conflit à l’IRA – assistent à des événements commémoratifs pour la reine et rencontrent le roi mardi.

Le président et le premier ministre de la République d’Irlande voisine doivent également assister au service commémoratif à Belfast, malgré les relations tendues entre Dublin et Londres à propos du Brexit. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.