L’Ukraine récupère des corps de combattants tués dans les aciéries d’Azovstal

KYIV, Ukraine — La Russie a commencé à remettre les corps des combattants ukrainiens tués dans les aciéries d’Azovstal, l’usine aux allures de forteresse dans la ville détruite de Marioupol, où leur dernier combat est devenu un symbole de résistance contre l’invasion de Moscou.

Des dizaines de corps de combattants retrouvés dans les ruines de l’usine bombardée, désormais occupées par la Russie, ont été transférés dans la capitale ukrainienne, Kyiv, où des tests d’ADN sont en cours pour les identifier, a déclaré Maksym Zhorin, commandant militaire et ancien chef du régiment Azov.

Le régiment Azov a fait partie des unités ukrainiennes qui ont défendu l’usine pendant près de trois mois avant de se rendre.

On ne sait pas combien de corps pourraient encore se trouver à l’usine, qui a été pilonnée sans relâche par les forces russes environnantes depuis le sol, l’air et la mer.

Pendant ce temps, les forces russes ont continué à se battre pour le contrôle de Sievierodonetsk, une ville de l’est de l’Ukraine qui est essentielle à l’objectif de Moscou d’achever la capture de la région industrielle du Donbass.

Et le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que les forces de Moscou avaient également l’intention de capturer la ville de Zaporijjya, dans le sud-est du pays, qui abrite plus de 700 000 personnes, une décision qui pourrait gravement affaiblir la position de l’Ukraine et permettre à l’armée russe de se rapprocher du centre du pays.

«Dans la région de Zaporijjya (…), la situation la plus menaçante est là-bas», a déclaré M. Zelensky.

La défense acharnée des combattants ukrainiens contre l’aciérie a contrecarré l’objectif du Kremlin de capturer rapidement Marioupol et d’immobiliser les forces russes dans la ville portuaire stratégique. Les derniers résistants d’Azovstal ont finalement abandonné l’usine en mai, marchant sans armes et transportant leurs blessés.

Le sort des survivants entre les mains des Russes est entouré d’incertitudes. M. Zelensky a déclaré que plus de 2500 combattants qui ont défendu l’usine sont retenus prisonniers par les Russes et que l’Ukraine s’efforce de les faire libérer.

La récupération des restes des combattants des ruines d’Azovstal n’a pas été annoncée par le gouvernement ukrainien et les responsables russes n’ont fait aucun commentaire. Mais les proches des soldats tués à l’usine ont discuté du processus avec l’Associated Press.

Le ministère ukrainien de la Réintégration des territoires occupés a annoncé samedi le premier échange officiellement confirmé de leurs militaires morts depuis le début de la guerre. Il a indiqué que les deux parties avaient échangé 320 corps en tout, chacune récupérant 160 ensembles de restes. Il n’a donné aucun détail sur l’endroit où les corps ont été récupérés.

L’échange a eu lieu jeudi sur la ligne de front dans la région de Zaporijjya.

Le régiment Avoz est une unité de la Garde nationale issue d’un groupe appelé le bataillon Azov, formé en 2014 comme l’une des nombreuses brigades de volontaires créées pour combattre les séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine. Le bataillon Azov a attiré les premiers combattants des cercles d’extrême droite.

M. Zhorin, l’ancien chef du régiment Azov maintenant co-commandant une unité militaire basée à Kyiv, a confirmé que les restes récupérés d’Azovstal faisaient partie de ceux transférés lors de l’échange.

Le frère d’un combattant d’Azov porté disparu et mort dans l’aciérie a déclaré à l’AP qu’au moins deux camions de corps d’Azovstal avaient été transférés dans un hôpital militaire de Kyiv pour identification. Viacheslav Drofa a dit que les restes de son frère aîné, Dmitry Lisen, ne semblaient pas faire partie des personnes retrouvées jusqu’à présent.

Des corps ont été retrouvés la semaine dernière dans le moulin et certains ont été gravement brûlés, a-t-il ajouté.

La mère d’un soldat tué lors d’une frappe aérienne russe sur l’usine a déclaré que le régiment Azov lui avait téléphoné et lui avait dit que le corps de son fils pourrait faire partie de ceux qui ont été transférés à Kyiv. La mère ne voulait pas qu’elle ou son fils soient identifiés par leur nom, disant qu’elle craignait que le fait de discuter du processus de rétablissement ne le perturbe.

Elle a qualifié en larmes son fils de héros.

«J’attends juste le corps de mon fils, a-t-elle déclaré. C’est important pour moi de l’enterrer dans notre terre ukrainienne.»

Dans d’autres développements lundi, les efforts de l’Ukraine pour résister à l’invasion de la Russie occupaient une place importante lors des commémorations du jour J en France, où le 78e anniversaire de l’invasion de la Normandie a été marqué.

«Le combat en Ukraine consiste à honorer ces vétérans de la Seconde Guerre mondiale», a déclaré le général d’armée Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées américains, au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, surplombant la plage d’Omaha en Normandie.

Il a ajouté : «Il s’agit de maintenir le soi-disant ordre international fondé sur des règles mondiales qui a été établi par les morts qui sont enterrés ici dans ce cimetière.»

Le vétéran américain du jour J Charles Shay, 97 ans, était à Omaha Beach pour marquer l’anniversaire du débarquement du 6 juin 1944 et rendre hommage à ceux qui sont tombés ce jour-là. Interrogé sur la guerre qui fait rage sur le continent européen, M. Shay a déclaré: «C’est une situation très triste.»

«En 1944, j’ai atterri sur ces plages et nous pensions apporter la paix dans le monde. Mais ce n’est pas possible», a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, le président de la République populaire séparatiste ukrainienne de Donetsk a déclaré que la Cour suprême de la région ouvrait le procès de trois hommes britanniques soupçonnés d’avoir été des mercenaires pour les forces ukrainiennes.

S’ils sont reconnus coupables des accusations, notamment d’avoir tenté de prendre le pouvoir, les hommes pourraient encourir la peine de mort.

La Russie a également continué à frapper des cibles en Ukraine.

Des avions de combat russes ont tiré des missiles à longue portée pour détruire une usine à la périphérie de la ville de Lozova, dans la région nord-est de Kharkiv, qui réparait des véhicules blindés, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major-général Igor Konashenkov.

Les avions russes ont touché 73 zones de concentration de troupes et d’équipements ukrainiens, tandis que l’artillerie russe a frappé 431 cibles militaires, a déclaré le général Konashenkov. Ses affirmations n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante.

Les forces ukrainiennes ont opposé une résistance à Sievierodonetsk.

«Ils sont plus nombreux, ils sont plus puissants, mais nous avons toutes les chances de nous battre dans cette direction», a déclaré M. Zelensky.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.