Le SCRS surveille les «mégatendances» de l’avenir en matière de renseignement

OTTAWA — Des cryptomonnaies à l’intelligence artificielle en passant par la montée de la «génération du millénaire», un document secret explore les «mégatendances» qui apparaissent sur le radar de l’agence canadienne du renseignement et explique comment elles transformeront l’économie, la société et la sécurité du pays.

L’évolution de ces tendances — au cours des cinq à quinze prochaines années — créera aussi bien de nouvelles occasions que de nouvelles menaces, prévient ce document récemment dévoilé, qui avait été préparé pour Michel Coulombe, ancien patron du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Cette ébauche de document de travail avait été créée avant la participation de M. Coulombe, en novembre 2016, à une rencontre d’un comité de sous-ministres sur la sécurité nationale.

Lors de cette rencontre, des dirigeants du SCRS avaient discuté de cybersécurité et de confidentialité, de l’évolution de l’économie vers les domaines liés au savoir, de l’arrivée des chaînes de blocs et des cryptomonnaies, de l’intelligence artificielle, de l’émergence de la génération du millénaire, du chiffrement et de la progression des technologies quantiques.

«Chacune de ces tendances est porteuse de promesses et de défis, prédit ce document classé « top secret ». Le rythme et l’impact des progrès technologiques sont souvent mal compris ou sous-estimés. Les organisations — aux prises avec des contraintes de temps, d’argent et de ressources humaines — peineront à prendre des décisions efficaces en matière de planification et d’investissements.»

Le document ajoute que la complexité et la rapidité de ces changements nécessiteront un leadership soutenu, des innovations, des partenariats et des investissements.

Les dirigeants devront déterminer ce qu’ils savent, et ne savent pas, concernant ces technologies perturbatrices, les risques potentiels qu’ils font planer sur la sécurité nationale, et les méthodes à adopter pour assurer la sécurité et la prospérité du Canada, poursuit le document.

La Presse canadienne a obtenu un exemplaire de ce document par l’entremise d’une demande d’accès à l’information.

Certains secteurs identifiés par le SCRS ont déjà fait l’objet d’investissements fédéraux, tandis que d’autres, comme les technologies qui viendront perturber le marché du travail, retiennent l’attention en vue du prochain budget fédéral, assure Ottawa.

Le ministre des Finances Bill Morneau a indiqué que le budget qu’il présentera au printemps comprendra des thèmes centraux, notamment en identifiant comment la science peut contribuer à l’économie à long terme et comment on peut préparer les travailleurs à affronter un marché du travail en pleine évolution.

Acquérir de nouvelles compétences

Un rapport récemment présenté par un comité formé par M. Morneau recommandait au gouvernement fédéral de mettre en place de nouvelles mesures pour aider les Canadiens à acquérir de nouvelles compétences face à l’impact des nouvelles technologies sur le marché du travail.

Le groupe faisait notamment valoir que le Canada doit investir, de toute urgence, 15 milliards $ de plus chaque année d’ici 2030 pour permettre aux travailleurs adultes de s’adapter aux changements à venir.

Le document du SCRS prévient que l’évolution de l’économie du savoir se traduira par une intensification de la concurrence qui verra les gouvernements, les organisations et les individus cibler l’expertise et la propriété intellectuelle des autres. Ces informations, qui existeront surtout sous forme électronique, deviendront des «ressources de grande valeur» qui devront être protégées des pirates informatiques, selon l’agence.

Le gouvernement fédéral devrait dévoiler au cours des prochains mois une nouvelle stratégie pour favoriser le développement de nouvelles idées et technologies en s’assurant qu’elles profiteront aux entreprises, aux chercheurs et aux inventeurs qui les auront créées.

Le document identifie plusieurs technologies qui risquent d’être à l’origine de bouleversements profonds, comme l’intelligence artificielle, la robotique avancée, la nanotechnologie et la biotechnologie. Mais au même moment, prévient le SCRS, ces développements entraîneront probablement l’apparition de nouveaux «joueurs».

«Ceux-ci incluent des laboratoires gérés par le gouvernement, des investisseurs corporatifs (…), des terroristes et des groupes criminels organisés qui rivaliseront pour exploiter ces technologies à leurs propres fins», dit le document.

Le rapport explore la technologie des chaînes de blocs, qui sous-tend des cybermonnaies comme le bitcoin. Le document affirme que, conçue correctement, cette technologie pourrait devenir la «plomberie» de tous les systèmes qui dépendent de transactions, dont ceux des services gouvernementaux, des dossiers médicaux et de l’immobilier.

En ce qui concerne l’impact des changements démographiques, le SCRS indique que les «millénaux» seront les architectes de ces bouleversements sociaux, politiques et technologiques — ce qui signifie que les organisations doivent être prêtes à les embaucher et à s’adapter à eux.

«Le prochain cycle anticipé sera alimenté par les millénaux qui, après avoir été élevés dans un milieu techniquement riche, ont le potentiel de provoquer la prochaine révolution industrielle et de créer un boum économique qui rivalisera — s’il ne surpasse pas — celui engendré par la génération sortante du baby-boom.»

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie