Le secrétaire d’État Blinken a rencontré virtuellement des ex-prisonniers ouïghours

WASHINGTON — Le secrétaire d’État des États-Unis, Antony Blinken, a rencontré virtuellement des ex-prisonniers ouïghours musulmans de la région de Xinjiang, au nord-ouest de la Chine. 

Selon le département d’État, M. Blinken voulait rencontrer personnellement sept ex-détenus, des familles touchées et des militants pour les entendre sur les enjeux qui touchent la communauté ouïghoure. 

«Le secrétaire pensait qu’il était important de rencontrer ces individus pour entendre directement leurs histoires et leurs impressions sur les atrocités qui se déroulent à Xinjiang et l’emprisonnement d’un million de Ouïghours, a affirmé le porte-parole Ned Price. C’est aussi une opportunité pour les participants qui voudraient partager leurs recommandations.»

La Chine a reçu des critiques et sanctions de partout à travers le monde pour la détention d’Ouïghours et d’autres groupes minoritaires à des fins de rééducation politique. 

M. Price a affirmé que cette rencontre a prouvé la continuité de la politique américaine à ce sujet entre les administrations Biden et Trump. 

Les deux présidents ont employé le terme «génocide» pour décrire cette campagne à Xinjiang et ont sévi la Chine pour violations des droits humains. L’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo a rencontré des ex-détenus ouïghours à plusieurs reprises pendant son mandat.

«Les États-Unis ont été très clairs et constants dans leur position par rapport aux abus, aux atrocités et au génocide qui se déroulent actuellement à Xinjiang, a affirmé M. Price. Nous utiliserons probablement d’autres outils à l’avenir pour punir les responsables.»

Depuis l’administration Trump, les États-Unis ont appliqué de la pression sur la Chine sur plusieurs fronts, particulièrement pour des violations des droits humains à Xinjiang et Hong Kong. Parmi les sanctions qu’a subies la Chine, on compte des interdictions de voyager, des restrictions commerciales sur l’importation de biens chinois aux États-Unis et des pénalités financières.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.