Le Sénat demande de l’aide pour les Premières Nations chevauchant la frontière

OTTAWA – Le comité sénatorial sur les Affaires autochtones veut que le gouvernement fédéral se penche sur les défis auxquels font face les Premières Nations qui chevauchent la frontière entre le Canada et les États-Unis.

Le comité a dévoilé un rapport intitulé «Questions relatives au passage des frontières et au Traité de Jay» qui détaille certaines des difficultés logistiques vécues par les résidants de la réserve Akwesasne, qui est en partie au Québec, en Ontario et aux États-Unis.

Le rapport indique que certaines parties du côté canadien sont seulement accessibles par les États-Unis, une situation frustrante pour les habitants avec des emplois ou des membres de leur famille de l’autre côté de la frontière.

Le Traité de Jay, signé en 1794 par la Grande-Bretagne et les États-Unis, a été mis en place pour résoudre des problèmes découlant de l’indépendance des États-Unis en 1776 et devait permettre aux Autochtones de traverser librement la frontière nouvellement créée.

Le Comité estime que le gouvernement fédéral n’a pas réellement offert d’aide et que l’Agence des services frontaliers n’est pas vraiment en position de trouver une solution.

Le comité sénatorial recommande au ministre des Affaires autochtones Carolyn Bennett de nommer un représentant spécial d’ici la fin de l’année pour trouver de possibles solutions.