Le Sénat veut une refonte de la politique de pêche fondée sur les droits autochtones

OTTAWA — Un nouveau rapport du Sénat demande au gouvernement fédéral de mettre en place des pêcheries fondées sur les droits des Mi’kmaq, Wolastoqiyik et Peskotomuhkati sur la côte est du Canada ainsi que de revoir son approche des négociations.

L’une des dix recommandations du rapport est que les discussions avec les Premières Nations soient immédiatement transférées du ministère des Pêches et des Océans (MPO) aux Relations Couronne-Autochtones, ce que d’ailleurs réclament les communautés autochtones. 

Le comité sénatorial des pêches et des océans a été chargé d’étudier la question en février en réponse à la violence qui a éclaté pour la première fois dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse en septembre 2020.

À l’époque, des pêcheurs de la première nation Sipekne’katik ont commencé à pêcher du homard en dehors de la saison de pêche commerciale réglementée par le MPO, affirmant qu’ils avaient un droit de pêcher issu d’un traité qui a été confirmé par la décision Marshall de la Cour suprême en 1999.

Des pêcheurs commerciaux locaux ont réagi avec colère, et le rapport indique que la perception publique de ce qui s’est passé – y compris celle des pêcheurs commerciaux – a été façonnée par la désinformation et les contradictions qui provenaient parfois du gouvernement.

Le Sénat a déclaré que les futurs travaux devraient être fondés sur «une véritable collaboration et un cadre commun de prise de décision».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.