Le sénateur Dagenais, déjà sorti du caucus, quitte le parti à cause de Poilievre

OTTAWA — Le sénateur québécois Jean-Guy Dagenais affirme que la première semaine de Pierre Poilievre à la tête du Parti conservateur l’a conforté dans sa décision de quitter le parti.

M. Dagenais, qui avait été candidat conservateur en 2011 dans Saint-Hyacinthe-Bagot, avait déjà décidé de quitter le caucus conservateur, en 2019, et de siéger à la chambre haute au sein du Groupe des sénateurs canadiens. Il se disait alors déçu des performances d’Andrew Scheer au Québec lors de la campagne électorale de 2019.

Plus récemment, M. Dagenais a appuyé la candidature de l’ex-premier ministre du Québec Jean Charest dans la course à la chefferie conservatrice. M. Dagenais n’était pas d’accord avec le soutien de M. Poilievre au convoi de camionneurs de l’hiver dernier à Ottawa, et avec ses propositions de congédier le gouverneur de la Banque du Canada et de couper le financement public de CBC.

Le sénateur explique que c’est pourquoi il a décidé, en fin de semaine, de quitter le parti à la suite de la victoire écrasante de M. Poilievre, qui a obtenu un large soutien au Québec même.

On s’attendait à ce que M. Poilievre remporte la course, mais il en a quand même surpris certains par l’ampleur de sa victoire, qui, selon de nombreux conservateurs, mais pas tous, fournira au parti l’unité qui lui manquait depuis que le PCC a perdu le pouvoir au profit des libéraux en 2015.

M. Poilievre a fait campagne sur le cri de ralliement central de la liberté – un message qu’il croit que tous les conservateurs, quels que soient leurs intérêts politiques spécifiques, peuvent soutenir.

M. Dagenais a ajouté que le bien-fondé de sa décision de quitter le Parti conservateur a été confirmé plus tard cette semaine en voyant la première conférence de presse mouvementée qu’a donnée M. Poilievre à Ottawa. Il a comparé la performance du chef conservateur à celle de l’ancien président américain Donald Trump.

Au cours de l’événement, un journaliste a crié à plusieurs reprises à M. Poilievre après avoir été informé que le nouveau chef ne répondrait pas aux questions lors de sa première apparition devant les médias depuis sa victoire à la direction du Parti conservateur. M. Poilievre a finalement accepté de répondre à deux questions.

«Cela m’a rappelé M. Trump, a déclaré M. Dagenais. Il n’aime pas les médias, il préfère donner l’information via les réseaux sociaux.»

Le sénateur trouve également «inacceptable» que le Parti conservateur ait envoyé un texto aux militants de la circonscription du député Alain Rayes, qui a également quitté le parti après la victoire de M. Poilievre samedi.

Le Parti conservateur s’est depuis excusé d’avoir envoyé ce message qui encourageait les militants de Richmond-Arthabaska à exiger la démission de M. Rayes, qui siège désormais comme député indépendant aux Communes.

M. Rayes avait lui aussi appuyé la candidature de Jean Charest dans la course à la direction.

Les départs de MM. Dagenais et Rayes sont survenus alors que M. Poilievre rencontrait cette semaine des députés et commençait à présenter ses choix pour occuper certains postes clés au sein du parti.

Il a bénéficié du soutien de 62 des 118 autres députés du parti pendant la course, dont beaucoup disent croire que leur caucus est uni.

M. Dagenais dit qu’il se considère comme un conservateur progressiste et pense que d’autres membres du parti qui s’identifient de la même manière quitteront aussi les rangs de la formation politique.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.