Le son d’un tourbillon de poussière est enregistré sur Mars

CAPE CANAVERAL, Fla. — Quel son fait un tourbillon de poussière sur Mars?

Le microphone d’un véhicule astromobile de la NASA était allumé par hasard au moment où une colonne tourbillonnante de poussière est passée directement au-dessus de lui, ce qui lui a permis d’enregistrer le vacarme.

L’enregistrement d’une dizaine de secondes a capturé non seulement le son de bourrasques de 40 kilomètres/heure, mais aussi l’impact de centaines de grains de poussière qui frappent Perseverance.

L’enregistrement, le premier en son genre, a été rendu public mardi.

Le son ressemble de près à celui d’un tourbillon de poussière terrestre, mais en plus doux puisque l’atmosphère plus mince de Mars produit des sons assourdis et des vents plus calmes, ont dit les chercheurs.

Le tourbillon de poussière a rapidement survolé Perseverance l’an dernier, ce qui explique la courte durée de l’enregistrement, a dit l’auteure principale de l’étude publiée par Nature Communications, la chercheuse Naomi Murdoch de l’Université de Toulouse.

Au même moment, la caméra de navigation du véhicule astromobile a pu capturer des images, et ses instruments météorologiques ont enregistré des données.

Les tourbillons de poussière sont fréquents sur Mars; ils avaient souvent été photographiés dans le passé, mais c’est la première fois qu’on en enregistre un. Celui-ci était de taille moyenne: il faisait au moins 118 mètres de haut, avait un diamètre de 25 mètres, et se déplaçait à 5 mètres/seconde.

Le microphone a enregistré l’impact de 308 grains de poussière, a dit Mme Murdoch, qui a aidé à construire l’instrument.

Puisque le microphone SuperCam de Perseverance n’est allumé que quelques minutes aux quelques jours, Mme Murdoch a indiqué que c’était «vraiment de la chance» que le tourbillon de poussière soit apparu à ce moment, le 27 septembre 2021. Elle estime les chances d’une telle coïncidence à seulement 1 sur 200.

Le même microphone avait enregistré les premiers sons sur Mars, à savoir le vent martien peu après son arrivée en février 2021. Il a ensuite capturé le son du véhicule qui roule sur Mars et celui de son petit compagnon, l’hélicoptère Ingenuity, qui s’envole à proximité.

Il a aussi rempli sa mission principale, celui d’enregistrer le son des lasers avec lesquels Perseverance examine les roches martiennes.

Ces enregistrements permettent aux scientifiques d’étudier le vent martien, la turbulence atmosphérique et maintenant le déplacement de la poussière d’une manière auparavant impossible, a dit Mme Murdoch.

Perseverance cherche des rochers qui porteraient des signes de vie. Il a jusqu’à présent récolté 18 échantillons dans le cratère Jezero. La NASA prévoit ramener ces échantillons sur Terre dans dix ans.

—–

Sur internet:

https://jirafeau.isae-supaero.fr/f.php?h=2JWSkdJR&p=1

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.