Le sous-variant XBB.1.5 qui domine aux États-Unis demeure marginal au Québec

MONTRÉAL — Depuis environ une semaine, les autorités sanitaires américaines affirment que le sous-variant d’Omicron XBB.1.5 a pris le dessus à titre de souche dominante dans la transmission de la COVID-19 aux États-Unis. Pourtant, on ne compte encore qu’une poignée de ces cas répertoriés au Québec.

Il n’y a toujours aucune trace du sous-variant XBB.1.5 dans les données en ligne de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et il faudra encore patienter quelques semaines avant d’observer sa progression.

D’après les informations transmises par la directrice médicale du Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ), la Dre Judith Fafard, sept cas de XBB.1.5 ont été recensés à travers le séquençage d’échantillons au cours du mois de décembre.

Parmi ceux-ci, cinq cas seraient liés à la circulation du virus dans la communauté et deux autres proviendraient de voyageurs.

Selon la Dre Fafard, le sous-variant XBB.1.5 représentait environ 0,5 % de tous les cas d’infection au SRAS CoV-2 au cours de la semaine de Noël au Québec. On dit «environ» puisque les données statistiques sous le seuil de 2,5 % sont considérées comme n’étant pas assez fiables pour être publiées par l’INSPQ.

De plus, seuls les variants dont la prévalence atteint au moins 1 % sont affichés dans le tableau disponible sur le site web de l’INSPQ. Ainsi, on ne devrait toujours pas voir poindre le fameux XBB.1.5 lors de la prochaine mise à jour des données la semaine prochaine.

«Déjà, le tableau est un peu indigeste alors si on mettait aussi les variants qui comptent pour moins de 1 %, il y en aurait beaucoup trop», explique l’experte. Les plus récentes données remontent à la semaine du 11 au 17 décembre et l’on dénombre 37 sous-variants différents en circulation.

La microbiologiste-infectiologue estime que le Québec a possiblement quelques semaines devant lui avant de voir le XBB.1.5 remplacer la souche dominante actuelle, soit le BQ.1.1.

«On a les mêmes variants qui circulaient aux États-Unis avant que XBB.1.5 s’installe, alors on peut s’attendre à ce que nos variants soient (remplacés). On ne sait juste pas à quelle vitesse cela va se produire», prédit la directrice du laboratoire de santé publique.

«Mais c’est quand même inquiétant de voir à quelle vitesse il remplace les autres variants aux États-Unis», ajoute la spécialiste des maladies infectieuses.

D’après ce qu’on a pu observer jusqu’ici chez le sous-variant XBB.1.5, il s’agit d’une mutation plus contagieuse du virus parce qu’elle semble contourner plus facilement l’immunité chez son hôte et parce qu’elle s’accrocherait mieux aux récepteurs cellulaires.

Rien ne permet toutefois d’affirmer que cette souche soit associée à une maladie plus sévère. Si l’on constate une forte augmentation des hospitalisations aux États-Unis, il reste à déterminer si cette hausse est liée aux rassemblements des fêtes, à l’augmentation générale du nombre d’infections ou à la sévérité de la maladie.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.