Le syndicat d’infirmières du N.-B. demande une enquête dans les foyers de soins

FREDERICTON — Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick demande une enquête provinciale sur les «conditions inacceptables» dans les foyers de soins de longue durée.

La présidente du syndicat, Paula Doucet, affirme que le secteur des soins de longue durée a un besoin urgent de réforme et que les aînés les plus vulnérables du Nouveau-Brunswick sont «à risque».

Un sondage mené auprès des infirmières immatriculées qui travaillent dans les foyers de soins de longue durée a révélé que plus de 70 % estiment que les soins prodigués à leurs résidents ont diminué au cours des trois à cinq dernières années.

Près de 90 % des répondantes ont déclaré que les résidents ne faisaient pas régulièrement d’exercice et plus de la moitié estiment qu’ils n’ont pas droit régulièrement à un bain.

Mme Doucet soutient dans un communiqué qu’une enquête devrait se pencher notamment sur la baisse des effectifs et l’augmentation de la violence dans les foyers de soins de longue durée. La dirigeante syndicale estime que l’on ne peut pas compter sur le gouvernement pour faire face seul à la crise et qu’il a besoin de données supplémentaires pour apporter les changements nécessaires.

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire