Le système d’alertes d’urgence a été modifié après la tuerie en Nouvelle-Écosse

HALIFAX — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la police de Halifax sont désormais en mesure d’envoyer des alertes d’urgence directement aux citoyens, plus d’un an après qu’une fusillade de masse a soulevé des questions sur la façon dont la police avise le public des menaces à la sécurité.

Le gouvernement provincial a déclaré jeudi dans un communiqué que son bureau de gestion des urgences avait travaillé avec les corps de police pour créer un système leur permettant de lancer des alertes sans l’aide du bureau.

Lors de la tuerie d’avril 2020 en Nouvelle-Écosse, la GRC a publié une série d’avertissements sur Twitter, suscitant les critiques des familles des victimes selon lesquelles les messages sur les réseaux sociaux étaient inadéquats.

Les familles se sont demandé si certains des 22 meurtres auraient pu être évités si des alertes d’urgence avaient été envoyées sur les téléphones portables et les télévisions des gens.

Le ministre responsable du Bureau de gestion des urgences, Brendan Maguire, a déclaré dans le communiqué que la GRC et la police régionale de Halifax ont désormais un accès direct au système En Alerte, ajoutant que le service est disponible pour d’autres services de police de la province.

Le Bureau de gestion des urgences a indiqué qu’il continuerait de lancer des alertes liées à la police à la demande de tous les organismes de police de la Nouvelle-Écosse et pour des questions non policières telles que les inondations et les incendies de forêt.

Le caporal Chris Marshall, porte-parole de la GRC en Nouvelle-Écosse, a déclaré dans un courriel que le corps policier avait obtenu un accès direct à la fin du mois de mai après une formation sur le système En Alerte fournie par le Bureau de gestion des urgences.

Il a affirmé que les alertes de la GRC sont publiées à partir du centre de communications opérationnelles du corps de police, avec l’autorisation d’officiers supérieurs.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.