Un taux de participation élevé… mais très loin du record de 1876

Cette année-là, 81,8 % des électeurs américains éligibles s’étaient rendus aux urnes.

Le taux de participation à l’élection présidentielle de 2020 est considérablement élevé par rapport aux niveaux établis dans l’époque moderne. Mais il est très loin du record de 1876.

Cette année-là, 81,8 % des électeurs américains éligibles se sont rendus aux urnes.

Le vainqueur fut le républicain Rutherford B. Hayes, bien qu’il ait obtenu moins de voix que son adversaire démocrate, Samuel Tilden. Aucun des deux n’avait remporté la majorité du collège électoral. Le résultat s’est rendu à la Chambre des représentants, qui a mis en place une commission qui a attribué la présidence à M. Hayes.

Aucune donnée fiable n’est disponible avant 1828. Mais au cours des deux derniers tiers du XIXe siècle, un taux de participation de plus de 70 % des personnes admissibles était courant — reflétant souvent une vive discorde. Le deuxième taux de participation le plus élevé — 81,2 % — a été enregistré en 1860, quand Abraham Lincoln a vaincu Stephen Douglas. Avant même l’entrée en fonction de M. Lincoln, sept États du Sud avaient fait sécession.

En 1920 et 1924, les taux de participation ont chuté respectivement à 49,2 % et 48,9 %, les femmes ayant obtenu le droit de vote et le nombre d’électeurs ayant le droit de vote s’étant multiplié par deux. La plupart des années depuis, entre 50 % et 60 % des gens ont voté. La dernière fois que plus de 60 % des électeurs ont voté, c’était en 1968, lorsque Richard M. Nixon a battu Hubert Humphrey; le taux de participation était de 60,7 %.

Le pire taux de participation de ces dernières années — 49 % — s’est produit en 1996, lorsque le démocrate Bill Clinton a remporté un deuxième mandat en battant le républicain Bob Dole.

En 2016, lorsque Donald Trump a remporté la présidence avec un nombre de voix inférieur à sa rivale Hillary Clinton, le taux de participation était de 59,2 %.

Laisser un commentaire