Le taux d’inoccupation a retraité à son plus bas niveau depuis 2004 au Québec

Les taux d’inoccupation des appartements locatifs au Québec et à l’échelle du pays ont atteint l’an dernier leur plus bas niveau depuis le début des années 2000, confirmant une crise du logement nécessitant des actions politiques immédiates, selon des groupes de défense des locataires.

Le taux d’inoccupation au pays a diminué en 2019 pour une troisième année consécutive, pour s’établir à 2,2 %, son plus bas niveau depuis 2002, a indiqué mercredi la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Le taux d’inoccupation des logements locatifs pour le Québec s’est établi à 1,8 %, le plus bas depuis 2004, a relevé le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ).

La question des loyers inquiète particulièrement le RCLALQ, parlant d’une situation du logement «catastrophique» pour de nombreux ménages locataires.

La SCHL fait état d’une augmentation du loyer moyen de 3,2 % au Québec.

À l’échelle du pays, les loyers moyens ont augmenté de 3,9 % pour un appartement locatif de deux chambres en raison du resserrement des disponibilités, selon le rapport de la SCHL. Il s’agissait du rythme de croissance des loyers du même échantillon le plus rapide depuis 2001.

Le RCLALQ réclame notamment l’instauration d’un contrôle obligatoire des loyers et d’un registre des loyers ainsi que la construction importante de logements sociaux.

Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) estime que les propriétaires «profitent du peu d’offres pour exiger des augmentations au-delà de ce que la Régie (du logement) autoriserait».

Ces faibles taux d’inoccupation intensifient la discrimination vécue par les locataires puisque les propriétaires deviennent plus sélectifs, soutient même le RCLALQ, qui dénonce vivement ces pratiques.

Ne pas se substituer au marché privé

La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) est d’un tout autre avis, estimant que la crise du logement au début des années 2000 ne s’est pas résorbée par la construction de logements sociaux subventionnés, «mais plutôt principalement par la chute des taux d’intérêt à un creux historique et le vaste mouvement d’accès à la propriété qui s’en est suivi».

«(Le gouvernement du Québec) doit maintenant faire tomber les principaux obstacles qui empêchent l’offre de répondre à la demande. (…) Comme solution, l’État ne peut pas se substituer au marché privé en subventionnant la construction de logements sociaux. Le coût des projets dépasse aujourd’hui en moyenne les 200 000 $ par unité. C’est trois fois plus que lors de la crise du logement qui a culminé en 2001-2002», a soutenu par communiqué Hans Brouillette, directeur des affaires publiques de la CORPIQ.

Plus inquiétant dans certaines régions

Le taux d’inoccupation au pays pour les appartements construits à des fins de location était de 2,2 %, comparativement à 2,4 % en 2018, toutes catégories confondues, a précisé la SCHL. Le taux d’inoccupation des logements en copropriété était de 1 %, par rapport à 1,4 % l’année précédente.

Le taux d’inoccupation des logements locatifs à Vancouver était de 1,1 %, celui de Toronto à 1,5 %, et celui de Halifax à 1 %.

Au Québec, selon le FRAPRU, le bas taux d’inoccupation est particulièrement inquiétant dans les régions métropolitaines (RMR) de Québec (à 2,4 % par rapport à 3,3 % l’année précédente), Sherbrooke (2,3 %), Montréal (1,5 %) et Gatineau (1,5 %).

À Montréal, le taux d’inoccupation est à son seuil le plus bas en 15 ans, souligne le FRAPRU.

À Trois-Rivières, le taux est à 2,3 %, comparativement à 3,9 % l’année précédente.

Il est sous la barre du 2 % dans plusieurs autres municipalités : Granby (0,9 %), Drummondville (1,1 %), Saint-Hyacinthe (0,4 %), Rawdon (1,1 %), Alma (1,9 %), Joliette (1,3 %), Rivière-du-Loup (1,8 %), Saint-Georges (1,4 %) et Montmagny (1,5 %).

Le loyer moyen

Le loyer moyen des appartements de deux chambres a augmenté à Vancouver (4,9 %), à Montréal (3,4 %), à Calgary (2,2 %), à Toronto (6,1 %) et à Halifax (3,7 %). Bien que Vancouver soit la seule parmi ces régions métropolitaines de recensement (RMR) à avoir enregistré un ralentissement de la croissance des loyers en 2019, celle-ci demeure supérieure à la moyenne nationale de 3,9 %, a indiqué la SCHL.

Le loyer moyen des appartements de deux chambres était le plus élevé à Vancouver (1748 $) et à Toronto (1562 $). À Calgary (1305 $) et à Halifax (1202 $), le loyer moyen est demeuré supérieur à la moyenne nationale, tandis qu’à Montréal (855 $), il est resté «relativement bas» comme ailleurs dans la province de Québec, soutient tout de même la SCHL.

Dans la RMR de Québec, le loyer moyen des appartements de deux chambres a augmenté de 1,9 %. La progression a été supérieure à 2 % notamment à Saguenay (2,7 %), Ottawa-Gatineau (4,2 %), Sherbrooke (2,1 %), Trois-Rivières (4,1 %), Sorel-Tracy (2,8 %), Rouyn-Noranda (3,1 %) et Val-d’Or (3,8 %).

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire