Le tireur qui a abattu 17 personnes dans une école de la Floride écope de la prison à vie

FORT LAUDERDALE, Fla. — Le tireur qui avait abattu 17 personnes dans une école secondaire de la Floride en 2018 passera sa vie en prison sans possibilité de libération.

Le jury n’a pas pu s’entendre unanimement pour condamner à mort Nikolas Cruz, qui avait ouvert le feu dans l’école secondaire Marjory Stoneman Douglas, à Parkland.

La recommandation du jury est intervenue après sept heures de délibérations sur deux jours, mettant fin à un procès de trois mois pendant lequel des vidéos, des photos et des témoignages du massacre ont été présentés. 

En vertu de la loi de la Floride, une condamnation à mort nécessite un vote unanime sur au moins un chef d’accusation. La juge de circuit Elizabeth Scherer prononcera officiellement les condamnations à perpétuité le 1er novembre.

M. Cruz, dont les cheveux étaient ébouriffés, était en grande partie penché et regardait fixement la table pendant que les recommandations du jury étaient lues. Les grondements se sont multipliés dans le public lorsque les condamnations à perpétuité étaient annoncées. Beaucoup de membres des familles secouaient la tête, avaient l’air en colère ou se couvraient les yeux.

Nikolas Cruz, âgé de 24 ans, a plaidé coupable il y a un an du meurtre de 14 étudiants et de trois membres du personnel et d’en avoir blessé 17 autres le 14 février 2018. M. Cruz a déclaré qu’il avait choisi la Saint-Valentin pour empêcher les étudiants de Stoneman Douglas de célébrer à la fête.

Le procureur principal, Mike Satz, a gardé son dossier simple pour le jury de sept hommes et cinq femmes. Il s’est concentré sur les huit mois de planification de M. Cruz, les sept minutes pendant lesquelles il a parcouru les couloirs de l’école de trois étages, tirant 140 coups avec un fusil semi-automatique de style AR-15, et son évasion.

Il a diffusé des vidéos de sécurité de la fusillade et a montré des scènes de crime horribles et des photos d’autopsie. Des enseignants et des élèves ont témoigné qu’ils avaient vu les autres mourir. Il a emmené le jury dans le bâtiment clôturé, qui reste taché de sang et criblé de balles. Les parents et les conjoints ont fait des déclarations en larmes et en colère.

L’avocate principale de M. Cruz, Melisa McNeill, et son équipe n’ont jamais remis en question l’horreur qu’il a infligée, mais se sont concentrées sur leur conviction que la forte consommation d’alcool de sa mère biologique pendant la grossesse l’avait laissé avec un trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale. Leurs experts ont déclaré que son comportement bizarre, troublant et parfois violent à partir de l’âge de 2 ans avait été diagnostiqué à tort comme un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité, ce qui signifie qu’il n’avait jamais reçu le traitement approprié. Cela a laissé sa mère adoptive veuve bouleversée, ont-ils dit.

En guise de réfutation, Mike Satz et son équipe ont soutenu que Nikolas Cruz ne souffrait pas de dommages causés par l’alcoolisme fœtal, mais bien d’un trouble de la personnalité antisociale. Leurs témoins ont déclaré que M. Cruz avait simulé des lésions cérébrales lors des tests et qu’il était capable de contrôler ses actions, mais qu’il avait choisi de ne pas le faire. Par exemple, ils ont souligné son emploi de caissier dans un magasin, où il n’a jamais eu de problèmes de discipline.

La défense a allégué lors du contre-interrogatoire que M. Cruz avait été agressé sexuellement et violé par un voisin de 12 ans alors qu’il avait 9 ans.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.