Le tourisme était déjà au point mort avant l’interdiction d’entrée aux étrangers

MONTRÉAL — L’aide économique du gouvernement du Québec visera plusieurs secteurs, dont celui du tourisme.

Avant même l’annonce, lundi, par le premier ministre Justin Trudeau de la fermeture des frontières aux voyageurs étrangers à l’exception des Américains, l’industrie touristique était déjà tombée au point mort.

Manuela Goya, vice-présidente développement de la destination et affaires publiques chez Tourisme Montréal, a indiqué en entrevue avec La Presse canadienne que l’industrie touristique doit déjà se pencher sur une éventuelle relance.

À Montréal même, on a mis un terme à toutes les campagnes de promotion puisque personne ne voyage.

Bien que l’organisme n’ait pas encore de décompte précis, Mme Goya note que les bureaux d’information touristique sont déjà fermés faute de clientèle.

En plus, la clientèle associée aux congrès et autres grandes réunions est disparue avec les événements eux-mêmes.

«Le taux d’occupation l’an dernier à pareille date pour les hôtels de Montréal était entre 65 % et 70 %. Maintenant, le taux d’occupation a chuté dramatiquement. (…) Les choses changent très, très vite. Maintenant on peut parler d’un taux d’occupation de 10 %, voire moins. Mais on n’a pas de chiffre exact pour l’instant», a-t-elle pris soin de préciser.

«Les hôtels sont touchés de plein fouet, comme le reste de l’industrie touristique. Ce qui nous rassure pour l’après et le pendant, c’est que le gouvernement prend ça très au sérieux. On sent que, de la part du gouvernement, il y a une préoccupation particulière pour notre secteur», a ajouté Mme Goya.

Le premier ministre François Legault, en annonçant les premières mesures pour venir en aide aux travailleurs qui n’ont plus de revenus à cause de la pandémie, n’a pas manqué d’y faire référence lundi après-midi, classant les secteurs touristique et culturel au deuxième rang de ses préoccupations en matière d’économie.

«On va avoir beaucoup moins de touristes et toutes les activités culturelles auront beaucoup moins de gens, que ce soit des touristes de l’étranger ou même des touristes québécois étant donné qu’on ne souhaite pas voir de rassemblements pendant un certain temps», a-t-il déclaré.

Les plus populaires