Le tourisme local sera la priorité fédérale pour l’instant, dit Mélanie Joly

OTTAWA — La ministre du Développement économique, Mélanie Joly, affirme que les stratégies de marketing fédérales pour le tourisme devront s’axer moins sur l’attraction de visiteurs étrangers au Canada dans un avenir prévisible, car la COVID-19 a toujours des répercussions sur l’industrie du voyage.

Elle et ses homologues internationaux ont convenu que les voyages intérieurs seraient vraisemblablement prioritaires même après le début de la vaccination.

Les efforts déployés plus tôt cette année pour réorienter 40 millions $ en budgets de marketing ont donné des résultats, note Mme Joly, citant une forte fréquentation du parc national de Banff en Alberta et les nombreux visiteurs accueillis dans la région de Gaspé au Québec.

Le gouvernement maintiendra probablement cette approche jusqu’à ce que la pandémie soit derrière nous.

Mme Joly a déclaré en entrevue que la stratégie consistera probablement à faire la promotion des séjours dans sa propre région, puis des déplacements à travers le pays.

Elle a indiqué que les efforts internationaux arriveront en dernier, une fois que les responsables canadiens seront certains que les autres pays déploient des efforts de vaccination généralisés qui protégeront la santé et la sécurité des Canadiens.

Mais l’attente de la fin de la pandémie ne sera pas facile pour de nombreuses entreprises. Les voyages sont en baisse et le secteur du tourisme a été frappé plus tôt et plus durement par les restrictions de santé publique.

Bien que le pays ait récupéré un peu plus des quatre cinquièmes des quelque trois millions d’emplois perdus lors du confinement du début de la pandémie, plus du quart des autres se trouvent dans ce que Statistique Canada appelle le secteur de l’hébergement et des services de restauration, qui comprend les activités touristiques.

Certaines entreprises touristiques n’ont pas été en mesure de fonctionner à plein rendement ou de gagner suffisamment pendant la saison estivale pour passer l’hiver.

«Une aide ciblée pour ces employeurs sera nécessaire pendant un certain temps pour s’assurer qu’il y aura des emplois à retrouver lorsque la pandémie sera terminée», a déclaré Goldy Hyder, président du Conseil canadien des affaires.

La mise à jour économique du mois dernier proposait d’injecter des fonds attendus depuis longtemps.

La mise à jour prévoit 500 millions $ pour les agences de développement régional, qu’ils dépenseront dans les entreprises touristiques jusqu’en juin prochain.

Elle a également décrit un nouveau programme de prêts pour les secteurs fortement touchés comme le tourisme. Le gouvernement prévoit de garantir des prêts à faible taux d’intérêt allant jusqu’à 1 million $, qui pourront être remboursés sur 10 ans une fois que les affaires reprendront, a souligné Mme Joly.

«Ils pourront alors générer des revenus, potentiellement plus qu’ils ne le pensaient même possible, car les gens voudront voyager», a-t-elle déclaré en entrevue cette semaine.

«Cela les aidera éventuellement à rembourser certains des prêts et à traverser cette période difficile.»

Mme Joly ne pouvait pas dire exactement quand le programme de prêt serait offert. Elle a indiqué que des travaux étaient en cours avec la Banque de développement du Canada sur les détails et que des négociations avec les banques permettraient de s’assurer que les taux proposés sont inférieurs à ceux actuellement offerts sur le marché.

«Nous savons que le temps presse», a-t-elle admis.

Laisser un commentaire