Le troisième lien a passé le test de l’acceptabilité sociale, selon Legault

QUÉBEC — Le projet controversé de tunnel Québec-Lévis, le troisième lien, a franchi une nouvelle étape vers sa réalisation, selon le premier ministre élu François Legault.

Il a passé le test de l’acceptabilité sociale au scrutin de lundi, a assuré le chef caquiste.

M. Legault juge que la population y adhère: il se base sur l’appui massif accordé lundi par l’électorat aux élus de son parti, autant dans la région de la Capitale-Nationale que de Chaudière-Appalaches, les deux territoires que le tunnel est censé relier.

Lors de sa première conférence de presse à la suite de l’élection, mardi, à Saint-François-de-l’Île-d’Orléans, il a été questionné à savoir si le projet, qui fait les manchettes depuis plusieurs années maintenant, a passé le test.  

«Je pense qu’on a eu indirectement un appui fort au troisième lien», a-t-il répondu. 

Il a rappelé du même souffle que des études sont en cours et devraient être dévoilées au début de 2023, en ajoutant: «J’espère que ça va inciter le maire de Québec à appuyer le projet»,  sans préciser s’il parlait des études ou du vote obtenu aux élections de lundi soir.

Le maire de Québec, Bruno Marchand, a exprimé maintes fois ses réticences, voire son opposition au troisième lien, tant qu’il n’aura pas vu les études qui le justifieraient.

Pendant toute la campagne, le chef caquiste a défendu tant bien que mal ce méga-chantier évalué au bas mot à 6,5 milliards $, un engagement phare de son parti. 

Il avait d’abord laissé entendre qu’il n’y avait pas d’études qui existaient, mais finalement des études avaient été entreprises. Le chef caquiste soutenait toutefois qu’il s’agissait de données et qu’elles ne correspondaient plus au projet actuel de tunnel à quatre voies.   

L’acceptabilité sociale est un des critères pour l’autorisation des projets en vertu des règles du développement durable.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

« Acceptabilité sociale » ? Non. Acceptabilité locale. Seulement.
Point d’acceptabilité sociale Q totale connue. Pas d’acceptabilité
ou de souhaitabilité scientifique (nationale) connue non plus.
Pour un projet de telle ampleur, il faudrait ces deux dernières.

On en a vu des « ‘hommes’ – projets » au Q par le passé.
Maire Olympiques, ç’a été un gouffre $.
PM CHUM Outremont, ç’a été abandonné.
Quid, donc, imminemment, du lien ‘aquamation’, plutôt que… ?

Le tristement « remarquable » de la chose est qu’il repose d’abord
sinon presqu’exclusivement sur l’émotion, le sentiment, un ‘feeling’
plutôt que sur un rationnel a priori.

Il y a là un PM, au pouvoir exorbitant, ‘obsédé’ par certaines idées
fleuve
dont il semble impossible de l’« extraire » ou d’y faire réfléchir plus
rationnellement (quand qqn dit qu’il va faire indépendamment que
ce soit validé par expertise ou pas, on est rendus bien loin ou bas)

Obsessions, donc, au sommet:
immigration danger
laïcité Q, le ‘top’ du ‘top’ d’Équité

Heureusement… il y aura « renouvellement » d’ici quatre ans
gros renouveau
de même ampleur que celui advenu il y a un demi-siècle
lorsque tout pareillement y avait-il eu un gouvernement
nanti de trop de députés siens…

ç’avait amené sa chute, son renversement décisif

« le plus grand mal est nécessaire pour le plus grand bien »
consolation, donc, les affres actuelles et à venir achèvent
la « libération » ou, mieux, l’élévation adviendra après ces
jours sombres

Répondre

« l’acceptabilité sociale » du troisième lien se trouve être l’exacte même que celle de « l’acceptabilité sociale » de la CAQ : quatre électeurs sur dix.
On est rendus pas très exigeants en « acceptabilité sociale ».

Mais de ce, n’faut pas s’étonner. Pas s’étonner que ce PM considère tel taux suffisant.
Car il sera, jure-t-il, encore, « premier ministre de tous les Québécois ».
De tous les Québécois, sauf:
– les Québécois montréalais;
– les Québécois intellectuels;
– des Québécois immigrants.

Serait-ce mieux avec une successeure?
La v.-PM serait certes, elle aussi, le cas échéant, première ministre de tous les Québécois.
Sauf, là encore:
– des Québécois montréalais;
– des Québécois « criss de péquistes »…

L’actuel président états-unien n’a rien d’un Kennedy.
L’actuel président russe est fou à lier / ‘a toutt’ « foqué »
son propre pays
en plus de tenter de virer l’monde au complet à l’envers.

Bien, nous, au pays de Québec, on n’est pas si pires, mais n’est-on guère non plus si mieux.
Chose certaine, a-t-on déjà été/eu mieux. Incommensurablement.
Qqn est-il capable, en effet d’imaginer, un Parizeau, un Bouchard, un Landry, Lévesque
parlant d’intellectuels ou de Montréalais comme le fait François Legault? Inconcevable.
Impensable.
Bref, on est tombés bien bas. Force est de le reconnaître.
Car comment concilier que l’Éducation soit, demeure, censément la «première priorité»
de qqn
lorsque ce qui en émane de plus utile et éminent — (d’érudits intellectuels sagaces) —
lorsque là où s’en fait-il le plus — (d’Éducation) – [en métropole] —
ces entités se voient-elles considérées avec le plus grand mépris
au lieu d’être honorées, au lieu que s’en dise-t-on fier – que Mtl soit si dynamique
https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2022-09-26/montreal-et-chicago/comment-deux-grands-centres-villes-menent-la-parade.php
et ainsi si dynamisante pour l’ensemble du Québec et des Québécois et Québécoises?

Répondre