Le vote anticipé a commencé au Texas, un État qui pourrait faire pencher la balance

Le Texas est l’un des cinq États à n’avoir pas considérablement étendu le vote par correspondance cette année, malgré les avertissements sanitaires officiels pour freiner la propagation de la COVID-19.

HOUSTON — Regina Cuchapin, une résidente de Houston au Texas, ne se sent pas assez en sécurité pour manger dans un restaurant en pleine pandémie, mais elle est prête à prendre un risque calculé et à côtoyer les foules pour au moins une chose : voter.

Mme Cuchapin et plusieurs millions d’autres électeurs dans le deuxième État le plus peuplé des États-Unis s’acquitteront de leur devoir civique en personne. Le Texas est l’un des cinq États à n’avoir pas considérablement étendu le vote par correspondance cette année, malgré les avertissements sanitaires officiels pour freiner la propagation de la COVID-19. Pour être autorisés à voter par procuration au Texas, les électeurs doivent être âgés de 65 ans ou plus, avoir un handicap ou se trouver hors du comté où ils se sont inscrits pour voter le jour du scrutin et pendant la période de vote anticipé.

Mme Cuchapin, une démocrate enregistrée qui travaille dans le domaine de la santé, se dit rassurée par les mesures que les responsables électoraux de son comté ont mises en place pour protéger les électeurs, alors que le nombre de morts attribuables au coronavirus au Texas s’élève à 17 000.

« Je pense que maintenant que les gens savent à quel point c’est sérieux et quelles précautions prendre, je pense que ceux qui sont prêts à sortir prennent ces précautions », a estimé Mme Cuchapin, qui prévoit voter par anticipation.

Le vote anticipé a commencé mardi au Texas et de longues files d’attente ont accueilli les électeurs à travers l’État. Dans le comté de Fort Bend, dans la banlieue de Houston, des problèmes techniques ont empêché les machines de fonctionner pendant plus d’une heure alors que des centaines de personnes attendaient de pouvoir exercer leur droit. Le plus haut responsable élu du comté a affirmé qu’il autoriserait une enquête à ce sujet.

« Les responsables devront rendre des comptes », a déclaré le juge KP George, du comté de Fort Bend.

Des enjeux élevés

Les enjeux des élections de 2020 sont élevés dans l’État le plus républicain du pays, qui est considéré comme un potentiel État pivot pour la présidentielle, en plus de compter plusieurs luttes très serrées pour le Congrès et la législature locale. Les 16 millions d’électeurs inscrits du Texas, qu’ils soient démocrates ou républicains, semblent être davantage motivés par leur volonté de voter que par leur crainte du virus.

Dans le comté de Harris — qui comprend Houston et abrite plus de 2,4 millions d’électeurs —, il y aura trois fois plus de bureaux de vote que lors des précédentes élections. Les électeurs pourront choisir entre faire la file en respectant la distanciation sociale pour voter en personne dans un bureau de scrutin, ou prendre part au « vote au volant », qui se déroulera un peu comme pour la commande à l’auto dans les établissements de restauration rapide. Certains bureaux de vote resteront ouverts plus tard que d’habitude certains soirs, et le 29 octobre, sept bureaux seront ouverts pendant 24 heures.

Pour assurer un personnel suffisant dans quelque 100 bureaux de vote, les responsables du comté de Harris ont doublé le nombre de travailleurs électoraux rémunérés pour le porter à 11 000. Des préposés au scrutin parlant l’espagnol en plus de l’anglais seront disponibles à chaque endroit, et des élèves du secondaire seront sur place à titre d’assistants technologiques.

D’autres grands comtés du Texas ont pris des mesures similaires. Le comté de Travis, qui comprend Austin, la capitale de l’État, propose également des heures prolongées certains jours pendant le vote anticipé. Le comté de Dallas a installé des barrières claires entre les travailleurs électoraux et les électeurs, et les agents du scrutin désinfecteront toutes les surfaces touchées et fourniront des protections pour les doigts ou de petits bâtons en bois à utiliser comme stylet sur les machines à voter. Le comté d’El Paso a conçu une application pour informer les électeurs sur les lieux de vote et les temps d’attente.

Pour en arriver là, le Texas, qui a certaines des lois électorales les plus strictes du pays, a dû surmonter plusieurs obstacles juridiques. Le gouverneur républicain Greg Abbott a prolongé la durée du vote anticipé, mais il a également limité le nombre d’endroits où les électeurs peuvent remettre leur bulletin de vote à un par comté, affirmant sans preuve que cela «aiderait à freiner les tentatives de vote illégal». Les démocrates et les groupes de défense du droit de vote ont contesté cette décision en justice, soulignant que certains comtés du Texas sont plus grands que des États entiers.

Des risques de fraude ?

Les républicains du Texas ont fait écho à la rhétorique du président Donald Trump selon laquelle le vote par correspondance est vulnérable à la fraude, bien qu’aucun fait ne soutienne cette allégation. Le comté de Harris, qui est dirigé par des démocrates, a voulu transmettre des bulletins de vote par correspondance à tous les électeurs inscrits qui en feraient la demande, mais M. Abbott a intenté une action en justice et la Cour suprême du Texas s’est rangée de son côté.

« Il est plus probable d’être frappé par la foudre que de faire l’expérience d’une fraude électorale », a déclaré le greffier du comté de Harris, Chris Hollins, lors d’une visite du siège de vote temporaire de la région de Houston. Pour faire valoir son point de vue, il a montré une cage métallique surveillée 24 heures par jour par les forces de l’ordre dans laquelle sont conservés jusqu’au jour du scrutin les bulletins de vote déposés en personne et envoyés par la poste.

L’un des enjeux des élections est de savoir quel parti remportera la majorité à la Chambre des représentants du Texas, actuellement contrôlée par les républicains. Les démocrates ne sont qu’à neuf sièges d’une majorité, pour la première fois en deux décennies. Plusieurs bastions républicains de longue date de la région de Houston sont en jeu après des courses serrées aux élections de mi-mandat de 2018.

C’est l’un des facteurs qui motive Michael Parga, 42 ans, de Katy en banlieue de Houston, à aller voter. Pour lui et d’autres républicains, dit-il, la « sécurité électorale » est plus importante que la menace que représente la COVID-19.

« Ce qui m’a motivé, c’est qu’ils ont dit que c’était un État qui pourrait être un champ de bataille, et je pensais que c’était impossible », a expliqué M. Parga. « Cet État restera républicain. »

Estela Cisneros, 33 ans, de Houston, a affirmé que les préoccupations liées au virus pendant les élections étaient très réelles, en particulier pour les communautés noires et minoritaires les plus durement touchées par la pandémie. Mais elle estime qu’elle doit tout de même voter car cette élection est trop importante.

« Il y a tellement d’enjeux », a dit Mme Cisneros. « Tout ce que je peux vraiment dire aux gens, c’est de sortir. Je suis née ici et grâce à mon vote, je vais donner une voix aux gens qui me ressemblent. »

Laisser un commentaire
Les plus populaires