Le vote s’est déroulé dans le calme, malgré les craintes

Malgré les craintes d’affrontements autour des bureaux de vote, d’un chaos provoqué par la pandémie de coronavirus et de la confusion due à la désinformation et à l’évolution rapide des règles de vote, des millions de personnes à travers les États-Unis ont participé mardi sans trop de problèmes à une élection tout aussi historique que controversée.

Environ 103 millions de votes avaient été exprimés avant le jour du scrutin, une poussée du vote par anticipation provoquée par la pandémie. Cela a soulagé une partie de la pression sur les bureaux de vote, qui ont généralement vu des files d’attente courtes ou inexistantes alors que les cas de coronavirus grimpaient. Les cas confirmés quotidiennement ont augmenté de 43 % au cours des deux dernières semaines aux États-Unis, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins.

Chaque jour de scrutin pose des problèmes, car des millions de personnes essaient de voter simultanément dans 50 États. Mais les experts étaient soulagés qu’ils aient été relativement rares cette année, à un moment où les batailles partisanes sur le vote atteignent un paroxysme.

«Nous nous préparions au pire et nous avons été agréablement surpris», a déclaré Kristen Clarke, du Lawyers Committee for Civil Rights.

Bien que le scrutin ait été relativement tranquille, des nuages juridiques planent sur le dépouillement de ces votes. Les deux partis avaient mené une bataille massive devant les tribunaux pour tenter de façonner les contours de l’élection, et cela semblait susceptible de se poursuivre au-delà de mardi.

Le président Donald Trump a déclaré mercredi matin qu’il porterait l’élection devant la Cour suprême, bien que l’on ne sache pas quelle action en justice il pourrait intenter. Le Parti républicain a jeté les bases d’un effort visant à exclure les bulletins de vote qui sont arrivés après la fermeture des bureaux de vote en Pennsylvanie mardi, ce que plusieurs autres États permettent. M. Trump a dénoncé pendant plusieurs jours le refus préélectoral du tribunal d’exclure ces bulletins de vote et a déclaré qu’il attaquerait «avec des avocats».

M. Trump a passé une grande partie de la campagne à essayer sans fondement de semer le doute sur l’exactitude du décompte des voix et à mettre en doute le vote par correspondance. Cela a conduit à un grand stress des électeurs — mais les craintes ne se sont pas matérialisées lors du vote.

«Beaucoup de gens avaient peur de venir voter aujourd’hui, mais je ne voulais pas que la peur m’empêche de voter le jour du scrutin», a déclaré Sadiyyah Porter-Lowdry, un homme de 39 ans qui a voté dans une église de Charlotte, en Caroline du Nord.

Dans l’Iowa, le désinfectant sur les mains des électeurs a provoqué un bref blocage des machines de dépouillement à Des Moines, mais le problème a été résolu et le vote s’est déroulé sans heurts. Les responsables ont signalé une journée calme.

«Pas de gens armés, pas de manifestants, pas de camionnettes avec des drapeaux Trump comme on a vu ailleurs. Nos électeurs ont été ‘Iowa Nice’ de bout en bout, et ils ont été patients», s’est réjoui Joel Miller, le commissaire aux élections du comté de Linn, le deuxième plus grand de l’État.

En Pennsylvanie, un juge de Scranton, la ville natale du démocrate Joe Biden, a prolongé le vote dans deux circonscriptions à l’intérieur d’une école primaire pendant 45 minutes au-delà de 20 heures parce que les machines étaient en panne plus tôt dans la journée, a déclaré le porte-parole du comté de Lackawanna, Joe D’Arienzo.

Les derniers électeurs de la région de Las Vegas ont voté un peu après 21 heures. Mardi, après une décision du tribunal, 30 bureaux de vote ont été ouverts plus tard dans le plus grand comté du Nevada, où certains bureaux de vote avaient mis du temps à ouvrir.

Il y a aussi eu quelques autres problèmes avec la technologie. Les bulletins de vote électroniques du fournisseur de matériel de vote KnowInk ont défailli dans le deuxième plus grand comté de l’Ohio et dans un petit comté du Texas, ce qui a entraîné des retards de vote, les fonctionnaires les remplaçant par des registres papier.

Parmi ceux qui ont voté le jour du scrutin, certains voulaient voter par correspondance, mais ont attendu trop longtemps pour demander un bulletin de vote ou n’ont pas reçu leur bulletin à temps. Les bureaux électoraux ont dû se démener pour réorganiser les procédures afin de permettre une énorme augmentation du vote par correspondance, les électeurs cherchant un moyen d’éviter une exposition au coronavirus.

Un homme de 26 ans, Kaal Ferguson, prévoyait voter par correspondance, mais craignait de ne pas avoir laissé assez de temps pour renvoyer son bulletin de vote. Il a donc voté en personne à Atlanta, malgré les craintes qu’il puisse être exposé à la COVID-19.

«De toute évidence, tout le monde a le droit de voter, a-t-il déclaré. Mais c’est un peu effrayant de savoir (que) vous pourriez facilement être exposé.»

Malgré les craintes d’affrontements entre les partisans de MM. Trump et Biden, il n’y a pas eu d’incidents à grande échelle d’intimidation des électeurs. En effet, dans l’État chaudement contesté du Michigan, les manifestants de camps opposés se sont tout d’abord injuriés à l’extérieur d’un bureau de vote de la banlieue de Détroit, puis ont fini par se réunir pour entonner «God Bless America».

Les responsables du respect de la loi ont poussé un soupir de soulagement.

«Je dirais que c’est parfaitement sans incident, a déclaré la procureure générale du Michigan, Dana Nessel, aux journalistes. Nous n’avons eu pratiquement aucune perturbation d’aucune sorte.»

On a rapporté, comme à chaque élection, des efforts pour décourager les gens de voter. Mais aucune cyberattaque à grande échelle n’a bouleversé le vote.

Le général Paul Nakasone, le commandant du Cyber Command américain et le directeur de l’Agence de sécurité nationale, a déclaré dans un communiqué qu’il était «confiant que les mesures que nous avons prises contre les adversaires au cours des dernières semaines et des derniers mois ont permis de garantir qu’ils n’interféreront pas dans nos élections».

Au lieu de cela, les électeurs ont souvent été agréablement surpris. Anthony Medina, de Phoenix, qui a eu 18 ans il y a quatre mois, a accompagné son cousin, qui a eu 18 ans le jour du scrutin, aux urnes mardi.

«Je voulais voir comment c’était de voter en personne parce que je n’ai jamais voté, a déclaré M. Medina. C’était un peu angoissant parce que je ne savais pas ce qu’ils allaient me demander. Mais cela s’est plutôt bien passé dans l’ensemble.»

Amber McReynolds, une ancienne greffière de Denver dont le groupe Vote from Home a aidé les bureaux électoraux locaux à renforcer leurs options de vote par correspondance pendant la pandémie, a déclaré que la possibilité pour plus de la moitié de tous les électeurs de voter avant mardi était clairement un facteur important dans le calme de la journée.

«Je pense qu’aujourd’hui a été un succès étonnant sur tous les fronts», a déclaré Mme McReynolds.

Laisser un commentaire