Le voyage d’une gestionnaire de l’ASPC est jugé «inacceptable» par son président

OTTAWA — Le président de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) juge «inacceptable» qu’une de ses gestionnaires soit partie en vacances en Jamaïque l’automne dernier, malgré les conseils de prévention.

Selon Iain Stewart, même si le voyage effectué par Dominique Baker en novembre n’était pas lié à son travail pour l’agence fédérale, les employés de l’agence doivent tenir compte des conseils de santé publique de ne pas voyager.

Mme Baker a supprimé un article de son blogue personnel et des vidéos de son compte Instagram à la suite d’un voyage toutes dépenses payées qu’elle a effectué dans une station balnéaire luxueuse, à Montego Bay, en novembre.

Mais elle l’a fait après que ses patrons eurent été mis au courant de son voyage.

Plusieurs autres responsables de la santé et des politiciens de tous les ordres ont fait fi des recommandations de ne pas voyager en temps de pandémie.

Mme Baker est une gestionnaire du Bureau des services de santé à la frontière, un programme de l’Agence de la santé publique du Canada dont le mandat est d’empêcher les maladies transmissibles d’entrer au pays et de réduire les risques pour la santé publique des voyageurs.

Mme Baker n’a pas répondu à une demande pour commenter la situation.

Son voyage a été payé par Vacances Air Canada, qui embauche «des influenceurs» des médias sociaux pour promouvoir leurs offres, mais l’article que Mme Baker a publié sur son blogue à ce sujet n’est plus en ligne.

L’agence fédérale «prend ces questions très au sérieux», a déclaré M. Stewart.

«L’ASPC a constamment conseillé aux Canadiens d’éviter de voyager pendant la pandémie, a-t-il souligné. Il est inacceptable que les employés n’en tiennent pas compte. En règle générale, nous nous attendons à ce que les employés de l’ASPC encouragent les Canadiens à suivre les conseils de santé publique, et non à effectuer eux-mêmes des voyages non essentiels.»

M. Stewart a ajouté que l’agence avait pris connaissance du voyage après la publication de photos sur les réseaux sociaux.

«Lorsque la situation a été portée à l’attention de l’ASPC, l’affaire a été traitée immédiatement et un examen a été amorcé. Nous ne ferons aucun autre commentaire afin de respecter la vie privée de l’employée.»

Au cours des deux dernières semaines, le nombre de politiciens fédéraux et provinciaux et de responsables de la santé dont les vacances internationales ont été mises au jour est plutôt élevé. Des ministres et des députés ont été démis de certaines de leurs fonctions.

La frontière du Canada est fermée aux voyageurs non essentiels, mais rien n’empêche les Canadiens de partir s’ils le souhaitent. Les autorités ne peuvent pas les empêcher de revenir, mais ils doivent se mettre en quarantaine pendant deux semaines à leur retour au pays.

À compter de jeudi, tous les voyageurs internationaux venant au Canada doivent fournir la preuve d’un test COVID-19 négatif, mais doivent tout de même se placer en quarantaine à leur arrivée.

Laisser un commentaire