Le Yémen perd sa connexion internet après une frappe dirigée par l’Arabie saoudite

DUBAÏ, Émirats arabes unis — Le Yémen a perdu sa connexion à Internet à l’échelle nationale tôt vendredi, après que des frappes aériennes sous commandement saoudien aient visé un site dans la ville contestée de Hodeïda, a déclaré un groupe de défense, plongeant hors-ligne le pays déchiré par la guerre.

Selon l’organisation de surveillance NetBlocks, la perturbation a commencé vers 1 heure du matin, heure locale, et a touché TeleYemen, le monopole d’État qui contrôle l’accès à Internet dans le pays. TeleYemen est désormais géré par les rebelles houthis qui tiennent la capitale du Yémen, Sanaa, depuis la fin de 2014.

Le Yémen était «au milieu d’une panne d’internet à l’échelle nationale à la suite d’une frappe aérienne sur (un) bâtiment de télécommunications», a indiqué NetBlocks, sans donner immédiatement plus de détails. 

Le Centre d’analyse appliquée des données Internet (CAIDA), basé à San Diego, et la société internet CloudFlare, basée à San Francisco, ont également constaté une panne nationale touchant le Yémen à partir de la même heure.

La chaîne d’information satellitaire Al-Masirah des houthis a déclaré que la frappe sur le bâtiment des télécommunications avait fait des morts et des blessés. Elle a diffusé des images chaotiques montrant des personnes en train de chercher un corps dans les décombres, tandis que des coups de feu étaient entendus. Des travailleurs humanitaires aidaient les survivants ensanglantés. 

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui combat les rebelles houthis a reconnu avoir mené des «frappes aériennes précises pour détruire les capacités de la milice» autour du port de Hodeïda. Elle n’a pas immédiatement reconnu avoir frappé une cible de télécommunications comme l’a décrit NetBlocks, mais a plutôt qualifié Hodeïda de plaque tournante de la piraterie et de la contrebande d’armes iraniennes pour soutenir les houthis.

Le câble sous-marin FALCON achemine l’Internet au Yémen via le port de Hodeïda, le long de la mer Rouge, pour TeleYemen. Le câble FALCON a également un autre point d’atterrissage dans le port de Ghaydah, à l’extrême est du pays, mais la majorité de la population yéménite vit dans l’ouest du pays, le long de la mer Rouge. 

Une coupure du câble FALCON en 2020, causée par l’ancre d’un navire, a également provoqué des coupures d’internet généralisées au Yémen. Les câbles terrestres vers l’Arabie saoudite ont été coupés depuis le début de la guerre civile au Yémen, tandis que les connexions à deux autres câbles sous-marins n’ont pas encore été établies dans le cadre du conflit, a indiqué précédemment TeleYemen.

Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est entrée dans la guerre du Yémen en 2015 pour soutenir le gouvernement évincé. La guerre s’est transformée en la pire crise humanitaire au monde, avec des critiques internationales sur les frappes aériennes saoudiennes qui tuent des civils et visent les infrastructures du pays. Les houthis, quant à eux, ont utilisé des enfants soldats et posé sans discernement des mines terrestres à travers le pays. 

La guerre a atteint les Émirats arabes unis, un allié saoudien, lundi, lorsque les houthis ont revendiqué une attaque de drones et de missiles sur Abu Dhabi, faisant trois morts et six blessés.