L’Écosse pourrait tenir un nouveau référendum sur l’indépendance à l’automne 2023

LONDRES — La première ministre de l’Écosse, Nicola Sturgeon, a déclaré mardi au Parlement d’Édimbourg qu’elle prévoyait d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance le 19 octobre 2023.

Mme Sturgeon a indiqué que la question référendaire serait la même qu’en 2014: «L’Écosse devrait-elle être un pays indépendant ?». Les électeurs écossais avaient alors voté à 55 % en faveur du maintien de l’Écosse dans le Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique de Boris Johnson s’oppose à la tenue d’un nouveau référendum — le premier ministre a déclaré à plusieurs reprises que cette question avait été réglée en 2014. Tout vote sur l’indépendance ne sera pas juridiquement contraignant sans le feu vert du gouvernement Johnson.

Mme Sturgeon a déclaré que le plus haut responsable juridique écossais demandera à la Cour suprême du Royaume-Uni si le Parlement écossais a le pouvoir de légiférer pour tenir un référendum consultatif sur l’indépendance.

Elle a ajouté qu’elle écrirait à M. Johnson pour l’informer de ses plans et lui faire comprendre qu’elle est prête et disposée à négocier les conditions de la manière dont le gouvernement décentralisé de l’Écosse aura le pouvoir d’organiser un référendum légal.

Un vote majoritaire lors du référendum ne rendra pas à lui seul l’Écosse indépendante du reste du Royaume-Uni. «Pour que l’Écosse devienne indépendante après un Oui, une loi devrait être adoptée par les parlements britannique et écossais», a rappelé Mme Sturgeon.

La première ministre, qui dirige le Parti national écossais et le gouvernement décentralisé en Écosse, soutient qu’il est temps de réexaminer la question de l’indépendance depuis la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne – un «Brexit» auquel s’oppose une majorité d’Écossais.

Mme Sturgeon estime que le succès de son parti aux élections locales de l’année dernière lui donne un mandat pour tenir un nouveau référendum. Bien que le Parti national écossais n’ait pas obtenu le contrôle du Parlement écossais, l’élection d’un nombre record de députés verts signifie qu’il y a maintenant une majorité parlementaire pour tenir un nouveau référendum.

«La domination de Westminster sur l’Écosse ne peut être basée sur rien d’autre qu’un partenariat consenti et volontaire, a déclaré Mme Sturgeon mardi, avant son discours au Parlement écossais. Il est temps de donner aux gens le choix démocratique pour lequel ils ont voté, puis avec l’indépendance de construire un pays plus prospère et plus juste dans un véritable partenariat d’égal à égal entre l’Écosse et nos amis du reste du Royaume-Uni.»

Les partis d’opposition ont critiqué Mme Sturgeon pour son «obsession» référendaire et ont déclaré qu’elle devrait plutôt se concentrer sur des questions plus pratiques comme la hausse du coût de la vie.

Comme le Pays de Galles et l’Irlande du Nord, l’Écosse a son propre parlement et un gouvernement décentralisé; elle élabore ses propres politiques en matière de santé publique, d’éducation et d’autres champs de compétence. Mais le gouvernement central à Londres contrôle des questions telles que la défense et la politique budgétaire.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.