Legault confirme la réception de lettres de menaces à Nathalie Roy

MONTRÉAL – Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a confirmé mardi que la députée Nathalie Roy avait reçu des lettres de menaces, qu’elle a attribuées à des extrémistes religieux.

C’est le Journal de Québec qui a révélé l’information dans son édition de mardi. Il établit un lien entre ces menaces et les prises de position identitaires de la députée caquiste de Montarville.

Interrogé à ce sujet, alors qu’il rencontrait la presse à Montréal pour annoncer la nomination de Sonia LeBel comme directrice adjointe de son cabinet, le chef François Legault a simplement confirmé la nouvelle, en ajoutant que l’information avait été transmise à la Sûreté du Québec sur-le-champ.

«Dès que c’est arrivé, on a transmis l’information à la Sûreté du Québec. Donc, on prend ça au sérieux. Par contre, on ne fera pas d’autres commentaires. Mme Roy souhaite qu’on garde ça quand même privé et confidentiel», a répondu M. Legault.

Interrogé à savoir si d’autres députés de la CAQ avait reçu de semblables lettres, M. Legault a répondu par la négative. «Non. Il peut y avoir des commentaires parfois sur les médias sociaux, là, mais il n’y a pas de menaces comme dans le cas de Mme Roy», a-t-il conclu.

Selon le Journal, le message reçu par la députée caquiste faisait état d’un traitement «inacceptable» des «musulmans» par la formation politique. L’auteur y ajoutait qu’elle devait «arrêter» sa «propagande anti-musulmane» à défaut de quoi elle serait prise à son propre jeu. «Nous avons les moyens de nous défendre et nous le ferons pour contrer votre propagande», affirmait l’auteur.

La députée a déjà confirmé la nouvelle au Journal, précisant qu’elle n’avait pas voulu révéler l’existence des menaces afin de ne pas accorder de visibilité et de crédibilité à leur(s) auteur(s).

«Hors de question, donc, de me laisser intimider par des extrémistes religieux qui veulent m’empêcher, par un discours violent et menaçant, de tenir un débat démocratique», avait-elle commenté.