Legault donne sa confiance à Marie-Eve Proulx malgré une plainte pour harcèlement

LAVAL — François Legault a réitéré sa confiance à l’endroit de sa députée et candidate dans Côte-du-Sud, Marie-Eve Proulx, malgré une nouvelle plainte déposée contre elle pour harcèlement psychologique. 

Une ex-attachée politique de Mme Proulx a porté plainte au Tribunal administratif du travail (TAT), selon des informations rapportées mardi par le bureau d’enquête des médias de Québecor. Les faits reprochés seraient survenus après que la députée a démissionné de son poste de ministre à la suite de plusieurs allégations de harcèlement.

Le premier ministre croit actuellement à la version de sa députée dans ce nouveau dossier. «Quand je parle avec Marie-Eve Proulx, elle me dit que cette personne n’a pas de raison d’avoir porté plainte», a affirmé M. Legault, questionné à ce sujet en marge du dévoilement de la candidate de la CAQ dans Laval-des-Rapides, Céline Haytayan. 

Le chef caquiste a relevé que l’ancienne employée politique avait déjà porté plainte auprès de l’Assemblée nationale et que celle-ci n’avait pas été retenue.

«C’est la parole d’un contre la parole de l’autre. Moi, je fais confiance à Marie-Eve Proulx qui n’a pas eu de problèmes avec cette personne-là. Maintenant, on va attendre la décision du tribunal», a dit M. Legault, mentionnant avoir une tolérance zéro à l’égard du harcèlement. 

Il s’agit de la deuxième fois que l’ex-ministre fait l’objet d’une plainte au TAT. Le dossier s’est conclu par une entente à l’amiable en août 2021 qui est demeurée confidentielle.

De nouveau questionné mardi après-midi sur le nombre de chances auxquelles a droit Mme Proulx, M. Legault a déclaré «qu’on ne peut pas prendre action contre une personne qui a eu seulement des allégations». 

«Donc, on va laisser le tribunal rendre sa décision. Je fais confiance au tribunal» a-t-il répété en point de presse sur la Rive-Sud de Montréal pour présenter Christine Fréchette, candidate dans Sanguinet, circonscription de l’actuelle ministre Danielle McCann. 

Aux yeux de la cheffe libérale, Dominique Anglade, son adversaire caquiste minimise plutôt la gravité des gestes reprochés en gardant Mme Proulx dans son équipe en vue des élections du 3 octobre. 

«On est en 2022. Ce genre de comportement n’a plus sa place», a-t-elle réagi en conférence de presse, mardi. 

«En acceptant d’avoir des candidats comme ceux-là, François Legault cautionne ça et il envoie un très mauvais message à la population en général, mais aussi à notre jeunesse», a poursuivi Mme Anglade, qui annonçait la candidature de Tunu Napartuk dans Ungava. 

Marie-Eve Proulx sollicite un second mandat sous la bannière de la CAQ. En 2018, elle avait été élue avec près de 54% des voix. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.