Legault lance un appel désespéré aux médecins pour qu’ils aident dans les CHSLD

QUÉBEC — Plusieurs heures après avoir imploré les médecins, particulièrement les spécialistes, pour qu’ils répondent à «l’urgence nationale» et viennent combler le «manque de bras» dans les CHSLD, l’appel du premier ministre François Legault semble avoir été entendu.

C’est du moins ce qu’a laissé entendre la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francoeur, dans un gazouillis au premier ministre publié à 22 h 45 mercredi.

« [email protected]: vous avez demandé 2000 médecins aux 2 fédérations médicales. La FMSQ en a plus de 1100 inscrits ce soir. Il a fallu 3 heures pour les mobiliser, pas 3 jours», a écrit Mme Francoeur, visiblement encore irritée par la sortie publique de M. Legault.

Une guerre de mots a éclaté en début d’après-midi mercredi entre le premier ministre François Legault et les fédérations de médecins, dans laquelle même le directeur national de santé publique Horacio Arruda a été entraîné.

M. Legault a pointé les médecins du doigt en conférence de presse, en faisant appel à leur «sens du devoir et des responsabilités» afin qu’ils répondent à «l’urgence nationale» et pallient le «manque de bras» dans les CHSLD.

«Je vous demande un effort spécial, a-t-il lancé, visiblement courroucé. On a besoin de vous autres. Je ne sais plus comment le demander. Ça fait trois jours que je le demande!»

Au moment où il livrait son message en direct à la télévision, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francoeur, gazouillait être «surprise» par ce qu’elle entendait.

«M. le premier ministre, depuis jeudi dernier que nous levons la main. J’ai personnellement dit oui trois fois à votre ministre de la Santé. Encore une fois il y a une heure. Nous serons là où il le faut.»

En clair, le premier ministre Legault veut que les médecins, et tout particulièrement les médecins spécialistes qui sont «à l’hôpital devant des lits vides», se rendent dans les CHSLD pour soigner, laver et nourrir les aînés.

Une entente signée mardi soir prévoit que les spécialistes, peu importe où ils travailleront, pourront facturer 211 $ de l’heure pour prêter main-forte dans la lutte contre la COVID-19.

Seulement dans les CHSLD publics, on compte 1382 employés absents. Si on ajoute les CHSLD privés, le total d’absences s’élève à 2000.

Plusieurs infirmières ou préposés sont absents soit parce qu’ils sont infectés par la COVID-19 ou parce qu’ils ont peur de contracter la maladie, a indiqué M. Legault.

Le premier ministre s’est indigné des commentaires à la radio des présidents des fédérations médicales, qu’il n’a pas hésité à présenter comme des «chefs syndicaux».

«On ne leur demande pas de laver des planchers, ce qu’on demande, c’est d’aider des infirmières, a-t-il déclaré, tout en reconnaissant avoir peut-être mal exprimé ses attentes envers les médecins. L’urgence nationale, c’est qu’il nous manque d’infirmières et de préposés dans les CHSLD.»

Les esprits s’échauffent

La mésentente s’est transportée sur les réseaux sociaux, où la Dre Francoeur a demandé au Dr Arruda s’il comptait, lui, se rendre en CHSLD «demain».

Un proche conseiller du premier ministre Legault, Martin Koskinen, a notamment réclamé qu’elle efface ce gazouillis, ce qui a été fait.

La Dre Francoeur a également offert ses excuses au Dr Arruda, en expliquant qu’elle «était furieuse». «Comprenez ma colère. Depuis des semaines qu’on offre notre aide pour se faire dire non», a-t-elle affirmé.

Plus tard, la présidente de la FMSQ a confirmé qu’elle ira aider dans un CHSLD dès jeudi.

En conférence de presse, la ministre de la Santé, Danielle McCann, en a rajouté, exhortant les médecins à faire du Québec leur destination cette année pour effectuer une mission humanitaire.

«On a connaissance de beaucoup de médecins qui vont en mission humanitaire à l’extérieur du Québec, en Afrique, a-t-elle déclaré. Ce qu’on leur dit aujourd’hui, c’est que la mission humanitaire, elle est au Québec.»

M. Legault a reconnu que le gouvernement fédéral lui avait offert l’aide de 1000 personnes avec une formation en santé pour prêter main-forte dans les CHSLD. Néanmoins, il a continué de marteler qu’il avait besoin de 2000 médecins québécois «entre-temps».

Deuxième appel à l’aide

Le gouvernement lançait ainsi un deuxième appel désespéré à l’aide en deux jours. La veille, il avait fortement encouragé «des gens avec toutes sortes de formations médicales», y compris des professeurs en sciences infirmières, à venir combler des postes dans les résidences pour aînés.

M. Legault avait notamment signalé que tous les 2600 établissements pour aînés de la province avaient été inspectés, et que la situation avait été jugée «critique» dans 41 de ces établissements.

Interrogée mercredi à savoir combien de résidences ont été inspectées l’an dernier, avant la crise de la COVID-19, Mme McCann n’a pas fourni l’information, indiquant seulement que sa collègue la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, avait pris soin de «rehausser» le nombre d’inspecteurs qui allaient dans les CHSLD.

Moins de personnes aux soins intensifs

Mercredi, le Québec a enregistré 52 nouveaux décès, pour un total de 487. La province compte désormais 14 860 cas confirmés de COVID-19, dont 984 sont hospitalisés. De ce nombre, 218 personnes sont aux soins intensifs, une diminution de 12 personnes depuis mardi.

Plus de 90 % des décès sont des personnes âgées de 70 ans et plus, a précisé le Dr Arruda.

Par ailleurs, le premier ministre a encouragé les Québécois à continuer d’obéir aux règles de santé publique en matière de confinement, estimant que les bons comportements avaient à ce jour sauvé «des centaines de vies».

S’il est trop tôt pour penser au lancement des activités estivales, comme les ligues sportives, M. Legault a indiqué qu’il sera bientôt prêt à rouvrir certains petits commerces de détail qui font face à une «compétition injuste» des grandes chaînes.