Legault rebrasse les cartes, McCann perd la Santé

QUÉBEC — Le grand coup de balai de François Legault au ministère de la Santé en pleine pandémie est un aveu d’échec, martèle l’opposition.

Le premier ministre a annoncé lundi lors d’un remaniement surprise qu’il rétrogradait Danielle McCann à l’Enseignement supérieur et éjectait du même coup son sous-ministre Yvan Gendron.

Le moment était venu, selon lui, de donner un «deuxième souffle» au ministère de la Santé. Il y dépêche l’actuel président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

En conférence de presse lundi, Mme McCann cachait mal sa déception. «Moi, j’étais venue en politique pour la Santé, je dois le dire, c’est clair, (mais) c’est la prérogative du premier ministre de faire des choix.»

M. Dubé, un comptable agréé, hérite donc du ministère de la Santé, un «monstre», selon M. Legault, qui doit sortir de «l’âge de pierre» et devenir plus efficace.

Christian Dubé devient le deuxième ministre de la Santé de l’histoire récente, après François Legault, à ne pas être issu du milieu de la santé.

«J’y crois que c’est possible quand on est un homme d’affaires d’améliorer les choses dans le réseau de la santé», a plaidé le premier ministre.

Pour la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, le remaniement de lundi ne vise qu’une chose: «masquer l’incurie du gouvernement dans la préparation de la pandémie».

«Ce remaniement est l’admission explicite du premier ministre du manque de préparation de son gouvernement et du refus de tenir compte des voyants qui s’allumaient sur leurs écrans radars entre les mois de décembre et de mars», a-t-elle réagi sur les réseaux sociaux.

«Quand tu remplaces ton capitaine en pleine guerre, ça veut tout dire! a renchéri la porte-parole libérale en santé, Marie Montpetit. Le premier ministre désavoue la gestion de la crise de son gouvernement alors que le Québec a l’un des pires bilans au monde.»

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a rappelé que le Québec compte près des deux tiers des décès liés à la COVID-19 au Canada, alors qu’il ne forme que 23 % de la population.

«Le changement de ministre et sous-ministre de la Santé en pleine pandémie nous indique que le gouvernement reconnaît l’échec de ses préparatifs en CHSLD», a-t-il déclaré.

Pour sa part, la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, s’est dite surprise que l’on maintienne en poste la ministre des Aînés, Marguerite Blais.

«Elle doit (…) changer complètement ses façons de faire et livrer la marchandise pour protéger les personnes âgées», a-t-elle insisté dans un communiqué.

Au Trésor, mon trésor

C’est l’actuelle ministre de la Justice, Sonia LeBel, qui remplacera Christian Dubé au Conseil du trésor.

Le premier ministre répond ainsi aux critiques en faisant monter une femme dans l’équipe économique, uniquement masculine jusqu’ici.

Mme LeBel, que M. Legault a surnommée «mon trésor» en point de presse, rejoint donc Eric Girard (Finances), Pierre Fitzgibbon (Économie) et Jean Boulet (Travail).

L’ex-procureure en chef de la commission Charbonneau aura comme première tâche de réécrire le projet de loi 61 visant à accélérer des centaines de projets d’infrastructures «sans laisser la place à la corruption».

«Tous les petits trucs des gens qui sont un peu croches, elle les connaît», s’est félicité M. Legault.

À titre de présidente du Conseil du trésor, Mme LeBel devra aussi poursuivre la négociation avec les 500 000 syndiqués du secteur public.

Jolin-Barrette à la Justice

Par ailleurs, Simon Jolin-Barrette, qui était à l’Immigration, réalise un rêve en héritant de la Justice.

Le premier ministre a souligné que ce «jeune brillant», qui fait partie de la «relève nationaliste», est devenu lundi le plus jeune ministre de la Justice de l’histoire du Québec.

L’avocat de formation conserve les dossiers de la langue française et de la réforme du Parlement, en plus de ses responsabilités de leader parlementaire. Il aura André Fortin comme vis-à-vis dans l’opposition officielle.

Girault prend du galon

De son côté, la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, prend du galon: le premier ministre lui confie en plus le dossier de l’Immigration.

«Je suis certain que Nadine aura un ton différent de Simon», a commenté François Legault.

La ministre au style effacé, qui a révélé l’an dernier être atteinte d’un cancer des poumons, est également coprésidente du groupe d’action contre le racisme créé récemment.

L’Éducation scindée

En envoyant Mme McCann à l’Enseignement supérieur, le premier ministre a fait le choix de scinder l’imposant ministère de l’Éducation.

Jean-François Roberge, qui a été l’objet de critiques virulentes durant le confinement, s’occupera dorénavant uniquement des écoles primaires et secondaires.

Loin d’y voir une rétrogradation, le ministre Roberge s’est réjoui en conférence de presse d’avoir «gagné une coéquipière extraordinaire» en la personne de Mme McCann.

Aucun député d’arrière-ban n’a été promu lundi, même si l’on entend que plusieurs rongent leur frein: ce serait le cas d’Ian Lafrenière et de Joëlle Boutin, entre autres.