Legault renonce à se rendre au Sommet sur les changements climatiques, la COP24

QUÉBEC — Malgré les pressions exercées sur lui au cours des derniers jours, le premier ministre François Legault ne se rendra pas au Sommet sur les changements climatiques, la COP24, qui se tiendra à Katowice, en Pologne, en décembre.

De source sûre, La Presse canadienne a appris lundi que M. Legault va résister aux pressions ambiantes, provenant tant des milieux écologistes que des partis d’opposition, et rester au Québec en décembre.

Il juge que les débats et conférences à l’ordre du jour à cette occasion auront surtout un caractère très technique, donc peu susceptibles d’entraîner des décisions politiques.

M. Legault s’attend par ailleurs à ce que peu de chefs d’État se rendent en Pologne pour y discuter des changements climatiques.

Par contre, la ministre de l’Environnement, MarieChantal Chassé, a confirmé en fin de journée lundi qu’elle assisterait à la rencontre internationale parrainée par les Nations unies, qui se déroulera du 3 au 14 décembre.

Du côté du gouvernement fédéral, on avait appris vendredi que la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, serait présente à Katowice. Pour ce qui est du premier ministre Justin Trudeau, rien n’est confirmé: on s’est borné à dire que le Canada sera bien représenté.

La conférence internationale chevauche en partie, par ailleurs, la prochaine session parlementaire de l’Assemblée nationale, qui s’étirera pendant deux semaines, du 27 novembre au 6 décembre. 

En choeur, les trois partis d’opposition, soit le Parti libéral du Québec (PLQ), le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS), ont exhorté le premier ministre Legault à se rendre en Pologne pour y représenter le Québec dignement et prendre des engagements fermes en vue de lutter contre les gaz à effet de serre. Greenpeace a aussi joint sa voix aux partis d’opposition.

Le chef intérimaire du PLQ, Pierre Arcand, a même demandé au premier ministre Legault de prendre la tête d’une délégation québécoise, qui serait composée autant d’élus de tous les partis que de représentants de la société civile et d’entreprises, pour envoyer un signal fort quant à son engagement à lutter contre les changements climatiques.

«François Legault dit qu’il accorde de l’importance à l’environnement. Il avait l’occasion de le prouver en se rendant à la COP24. Son refus d’y participer est une preuve concrète de son désintérêt pour la lutte aux changements climatiques», a tonné M. Arcand, sur Twitter.

Le porte-parole du PQ, Sylvain Gaudreault, a aussi critiqué cette décision «bien déplorable» du premier ministre.

«Il confie la représentation du Québec à la COP24 à sa seule ministre de l’Environnement, qui a manifesté un manque de préparation totale sur ses dossiers lors de son premier point de presse», a indiqué M. Gaudreault sur sa page Facebook.

«Bref, il faudra suivre ce gouvernement de très près en matière de lutte contre la crise climatique dans ce mandat. J’espère qu’il manifestera davantage d’ouverture à l’égard d’autres propositions qui émaneront des autres partis représentés au Parlement.»

Ruba Ghazal, la porte-parole de QS en matière de transition économique et écologique, a estimé pour sa part que le premier ministre avait «manqué une bonne occasion d’envoyer un message encourageant sur sa soi-disant récente préoccupation pour les changements climatiques».

«Les Québécoises et les Québécois sont inquiets et avec raison! Il y a urgence d’agir et nous sommes impatients de voir le gouvernement prendre ses responsabilités sur cette question», a-t-elle soutenu dans une déclaration écrite.

Dans un communiqué publié lundi soir, la ministre Chassé a confirmé qu’elle serait présente à la COP24, affirmant qu’elle ferait «valoir le leadership du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques».

Mme Chassé discutera des «nombreuses réalisations novatrices du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques, parmi lesquelles figurent le marché du carbone et plusieurs mesures en électrification des transports».

«Ma participation à cette rencontre témoigne de la volonté de notre gouvernement d’assumer un leadership marquant dans les efforts internationaux de lutte contre les changements climatiques, a déclaré la ministre. Le récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, le GIEC, indique clairement que nous sommes à un moment décisif de l’histoire. Nous devons rapidement changer de cap si nous voulons éviter un changement climatique incontrôlé, avec des conséquences désastreuses pour la santé et la sécurité des personnes, mais aussi pour la biodiversité et l’économie.»

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie