L’entreprise qui exploite Hibernia plaide non coupable à la suite d’un déversement

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — La société qui exploite la plateforme pétrolière Hibernia, au large de Terre-Neuve, a plaidé non coupable à trois chefs d’accusation liés à un déversement de pétrole survenu en 2019.

Des documents judiciaires confirment que l’Hibernia Management and Development Company a inscrit ses plaidoyers jeudi en Cour provinciale à Saint-John’s. Un procès de six semaines doit commencer le 31 juillet.

Plus tôt cette année, l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers a allégué que l’entreprise était responsable du déversement et qu’elle n’avait pas réussi ensuite à l’arrêter sans tarder.

De plus, l’organisme fédéral-provincial de réglementation soutient que l’entreprise n’a pas su faire respecter ses propres processus de gestion des risques pour les dangers identifiés et qu’elle n’a pas su se conformer à ses propres systèmes.

Selon l’Office, 12 000 litres de pétrole se sont déversés dans l’Atlantique le 17 juillet 2019.

Le champ pétrolifère Hibernia, qui appartient à plusieurs géants pétroliers, dont ExxonMobil Canada, Chevron et Suncor, se trouve à environ 315 kilomètres à l’est de Saint-Jean. 

Le mois dernier, des travailleurs du secteur pétrolier et des représentants du gouvernement ont célébré le 25e anniversaire de la première plateforme pétrolière extracôtière de Terre-Neuve-et-Labrador. 

La plateforme Hibernia a commencé à pomper du pétrole en mer le 17 novembre 1997. Elle a depuis produit plus de 1,2 million de barils de pétrole.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.