Les 39 personnes retrouvées mortes dans un camion étaient d’origine chinoise

LONDRES — Les 39 personnes retrouvées mortes dans le conteneur d’un camion près d’un port anglais étaient des citoyens chinois, a confirmé jeudi la police britannique, qui enquête sur l’un des cas les plus meurtriers de trafic de personnes dans le pays.

La police d’Essex a annoncé que 31 hommes et huit femmes avaient été retrouvés morts mercredi matin dans le camion au parc industriel de Waterglade à Grays, une ville située à 40 km à l’est de Londres. Selon la police, une victime que l’on croyait adolescente était plutôt une jeune femme adulte.

Le chauffeur de camion âgé de 25 ans, originaire d’Irlande du Nord, est soupçonné de tentative de meurtre, mais n’a pas été inculpé. La police d’Irlande du Nord a perquisitionné dans trois propriétés alors qu’elle cherchait à reconstituer le trajet du camion et des victimes.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a publié une déclaration sur un réseau social indiquant que des employés de l’ambassade de Chine au Royaume-Uni se rendaient en voiture sur les lieux du crime pour faciliter l’enquête.

La Grande-Bretagne demeure une destination attrayante pour les immigrants, alors même que le Royaume-Uni est en train de négocier son divorce d’avec l’Union européenne. Après avoir appris les décès, le premier ministre britannique Boris Johnson a promis mercredi devant le Parlement que les passeurs seraient poursuivis conformément à la loi.

La tragédie rappelle la mort de 58 personnes en 2000 dans un camion à Douvres, en Angleterre, qui avait entrepris un voyage périlleux de plusieurs mois en provenance de la province méridionale du Fujian, en Chine, et qui avait été découvert enlisé avec une cargaison de tomates après son arrivée sur un traversier parti de Zeebrugge, le même port belge utilisé dans la plus récente tragédie.

En février 2004, 21 migrants chinois — également originaires du Fujian — qui travaillaient comme ramasseurs de coques se sont noyés après avoir été surpris par la marée dans la baie de Morecambe, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Des groupes de migrants ont débarqué à plusieurs reprises sur les côtes anglaises en utilisant de petits bateaux pour la traversée périlleuse de la Manche. Des migrants sont aussi parfois retrouvés dans les coffres de voitures qui débarquent des énormes traversiers reliant la France à l’Angleterre.

Mais la découverte macabre de mercredi dans un parc industriel rappelle que des gangs criminels profitaient toujours du trafic à grande échelle.

Le camion et le conteneur dans lequel se trouvaient les gens ont apparemment fait des trajets séparés avant de se retrouver dans le parc industriel. La police britannique a dit croire que le conteneur était parti du port de Zeebrugge pour se rendre à Purfleet, en Angleterre, où il est arrivé tôt mercredi.

Les autorités britanniques avertissent depuis plusieurs années que les passeurs se tournent vers les ports néerlandais et belges en raison de la sécurité accrue sur la voie de commerce la plus fréquentée entre Calais en France et Douvres en Angleterre.

La National Crime Agency britannique a prévenu en 2016 que le passage clandestin de personnes à l’aide de conteneurs sur des traversiers constituait «la menace la plus élevée de la criminalité organisée liée à l’immigration». La même année, la force frontalière britannique a identifié Zeebrugge et Hoek van Holland aux Pays-Bas comme points de départ clés du trafic de personnes vers la Grande-Bretagne.

Les plus populaires