Les Acadiens ont gain de cause sur la représentation électorale en N.-É.

HALIFAX – L’organisation qui représente la population acadienne de la Nouvelle-Écosse se réjouit de l’intention du gouvernement provincial de mettre sur pied une commission indépendante pour redessiner la carte électorale d’une manière qui pourrait offrir à la minorité de langue française une meilleure représentation à l’Assemblée législative.

La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse a réagi mardi à une décision de la Cour d’appel selon laquelle le précédent gouvernement néo-démocrate avait erré en forçant une commission indépendante à revoir les limites de trois circonscriptions à majorité francophone pour qu’elles incluent une plus grande proportion d’électeurs de langue anglaise.

Depuis le début des années 1980, chacune de ces circonscriptions englobait une population plus petite que la moyenne afin de s’assurer que les Acadiens aient une influence importante dans les élections.

En 2012, le premier ministre néo-démocrate Darrell Dexter avait argué qu’une représentation égale à l’assemblée devait primer sur le fait d’accorder une voix aux groupes minoritaires, faisant valoir que la parité électorale était un principe fondamental de la démocratie.

Dans sa décision rendue mardi, la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse a déterminé que le gouvernement provincial avait violé la section sur les droits des électeurs de la Charte canadienne des droits et libertés en abolissant ces trois circonscriptions.

Le ministre de la Justice, Michel Samson, a indiqué que le gouvernement libéral provincial prévoyait accorder à une commission indépendante le mandat de réexaminer la composition des 51 circonscriptions de la province, mais a dit que cela ne serait pas accompli avant de discuter avec la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse. M. Samson, un Acadien de Cap-Breton, a dit ne pas savoir encore si la commission pourrait être constituée avant les prochaines élections, qui pourraient se tenir au printemps.

Le président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, Ghislain Boudreau, s’est dit «très heureux» de la décision rendue par la Cour d’appel.

«À nous maintenant, en concertation avec le gouvernement provincial, de réfléchir à la meilleure manière de rétablir une représentation acadienne effective à l’Assemblée législative», a-t-il affirmé par communiqué.

Note to readers: Ceci est une version corrigée. La version précédente laissait entendre au premier paragraphe que le gouvernement provincial s’était engagé à redessiner la carte électorale, alors qu’il entend plutôt mettre sur pied une commission indépendante à cette fin.