Les Américains ont voté, maintenant que se passe-t-il?

WASHINGTON — L’élection présidentielle, cette année, n’était que l’une des étapes dans la désignation de Joe Biden comme prochain président des États-Unis. Dans le système politique qui a été peaufiné sur deux siècles, il y a encore un long processus à suivre qui s’étend sur plusieurs semaines, pendant lesquelles les 538 membres du collège électoral choisiront le prochain président.

Lorsque les citoyens américains ont voté pour un candidat à l’élection présidentielle, ils votaient vraiment pour les électeurs de leur État. Dans la plupart des cas, ces électeurs s’engagent à soutenir le candidat gagnant dans l’État. Le nombre d’électeurs est égal au nombre de votes électoraux détenus par chaque État. Les lois des États varient sur la façon dont les électeurs sont sélectionnés, mais, généralement, une liste d’électeurs pour le candidat de chaque parti est choisie par les dirigeants dans les États.

Certains États comptent et certifient encore les résultats du vote populaire. Une fois le dépouillement terminé, chaque gouverneur est tenu par la loi de préparer «dès que possible» les documents de certification du vote. Les certificats énumèrent les noms des électeurs et le nombre de votes exprimés pour le gagnant et le perdant. Les certificats, portant le sceau de chaque État, sont envoyés à l’archiviste des États-Unis.

Voici les prochaines dates à surveiller:

— 8 décembre: C’est l’échéance pour résoudre les litiges électoraux dans les États. Tous les recomptages des États et les contestations judiciaires sur les résultats de l’élection présidentielle doivent être terminés à cette date. La campagne du président Donald Trump conteste le décompte des voix dans plusieurs États par le biais de contestations judiciaires, mais aucun de ces efforts ne devrait modifier le résultat.

— 14 décembre: Les électeurs votent avec des bulletins en papier dans leurs États respectifs et dans le District de Columbia. Trente-trois États et le District de Columbia ont des lois ou des règlements de parti obligeant les électeurs à voter de la même manière que le vote populaire dans l’État. Dans certains États, les électeurs malhonnêtes peuvent être remplacés ou soumis à des sanctions, selon le Service de recherche du Congrès. Les votes pour le président et le vice-président sont comptés et les électeurs signent six «certificats de vote». Les certificats, ainsi que d’autres documents officiels, sont envoyés par courrier recommandé à divers responsables, dont le président du Sénat.

— 23 décembre: Les certificats doivent être remis aux responsables désignés. S’ils ne sont pas livrés, la loi prévoit des voies alternatives pour obtenir les résultats à Washington.

— 6 janvier: La Chambre et le Sénat tiennent une session commune pour compter les votes électoraux. Si un ticket a recueilli au moins 270 voix, le président du Sénat, actuellement le vice-président Mike Pence, annonce les résultats.

Les membres du Congrès peuvent s’opposer aux résultats de tout État au fur et à mesure de leur annonce. Les objections doivent être faites par écrit par au moins un membre de la Chambre et un membre du Sénat. Si l’objection répond à certaines exigences, chaque chambre se réunit séparément pour débattre de l’objection pendant un maximum de deux heures. Ensuite, chaque chambre vote pour accepter ou rejeter l’objection. De retour en session commune, les résultats des votes respectifs sont annoncés. Toute objection au vote électoral d’un État doit être approuvée par les deux chambres pour que tout vote contesté soit exclu.

Si aucun des candidats à la présidentielle ne remporte au moins 270 votes, la Chambre décide de l’élection, selon le 12e amendement à la Constitution. Si nécessaire, la Chambre élirait le président. Chaque délégation d’État dispose d’un vote et il faut 26 voix pour l’emporter.

— 20 janvier: Le président désigné prête serment lors du Jour d’investiture.

Laisser un commentaire