Les antihypertenseurs n’aggravent pas la COVID-19

MONTRÉAL — Deux antihypertenseurs courants n’aggravent pas les symptômes de la COVID-19, concluent trois grandes études.

Des études animales avaient fait craindre que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine et les antagonistes du récepteur de l’angiotensine n’augmentent dans l’organisme les niveaux d’une protéine à laquelle le SRAS-CoV-2 se lie pour envahir les cellules, accroissant ainsi la vulnérabilité d’un individu à une infection.

Les trois nouvelles études publiées par le prestigieux «New England Journal of Medicine» concluent plutôt que ces médicaments n’ont aucun impact sur le risque d’être infecté ou la sévérité des symptômes.

Chaque étude s’est intéressée à des milliers de sujets qui prenaient ou pas ces médicaments pour comparer leur risque d’infection et la progression éventuelle de la maladie.

Des méthodes statistiques ont été utilisées pour annuler l’impact éventuel d’autres facteurs, comme des problèmes de santé sous-jacents.

Un commentaire publié par le «New England Journal of Medicine» en marge de ces études estime que ces conclusions sont «rassurantes».

Les plus populaires