Les autorités des provinces de l’Atlantique répètent le message de distanciation

HALIFAX — Les responsables de la santé publique et les dirigeants politiques au Canada atlantique ont martelé sans relâche, lundi, que le non-respect des règles de distanciation sociale entraînera davantage d’infections à la COVID-19 et, dans certains cas, de lourdes amendes.

Bien qu’aucun nouveau cas n’ait été signalé au Nouveau-Brunswick — toujours 17 cas confirmés lundi —, le premier ministre Blaine Higgs a déclaré que les citoyens et les entreprises devront faire mieux pour se conformer aux directives en matière de santé publique. «Nous appliquerons ces règles et nous les appliquerons par le biais d’amendes et de pénalités, s’il le faut», a prévenu M. Higgs. «Ce n’est pas « facultatif », ce ne sont pas des « recommandations »: ce sont des exigences et nous nous attendons à ce qu’elles soient respectées.»

M. Higgs a cité un récent sondage mené auprès de 762 entreprises qui indiquait que 94 % suivaient les règles: ce nombre devrait être de 100 %, a-t-il dit.

Le premier ministre Higgs devait profiter par ailleurs de son entretien téléphonique avec ses homologues, lundi soir, pour obtenir des éclaircissements, en particulier sur les questions transfrontalières. Il rappelle que jusqu’ici, l’accent a été mis sur la frontière américaine: il aimerait maintenant une certaine normalisation sur la fermeture des frontières interprovinciales. M. Higgs se dit d’ailleurs en faveur du recours par le premier ministre Justin Trudeau à la Loi sur les mesures d’urgence, une mesure qui contribuerait selon lui à uniformiser l’approche du Canada face à la pandémie.

Hausse en Nouvelle-Écosse

La Nouvelle-Écosse a annoncé de son côté une augmentation importante du nombre de cas lundi. La veille, le premier ministre Stephen McNeil avait décrété l’état d’urgence sanitaire et intensifié les mesures pour ralentir la propagation du coronavirus.

Les responsables de la santé publique ont annoncé lundi que 13 autres cas confirmés avaient été identifiés, ce qui porte le bilan en Nouvelle-Écosse à 41 cas confirmés, tous liés aux voyages ou à des proches de cas antérieurs. Une personne demeure toujours à l’hôpital.

Le médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le docteur Robert Strang, a rappelé qu’il était particulièrement important pour les personnes qui rentrent après une semaine de relâche de s’isoler pendant 14 jours. «Ça veut dire: rentrer directement à la maison — vous ne vous arrêtez pas à l’épicerie, au bureau ou chez des proches ! Restez près de chez vous. Si vous avez une cour ou un balcon, vous pouvez y aller, mais n’allez pas plus loin.»

En vertu de la Loi provinciale sur la santé publique de la Nouvelle-Écosse, il est désormais interdit aux gens de se rassembler en groupes de plus de cinq personnes, sous peine d’une amende de 1000 $ — et de 7500 $ pour les entreprises.

Tous les parcs provinciaux de la Nouvelle-Écosse sont maintenant fermés, de même que tous les parcs municipaux, les plages, les sentiers, les terrains de jeux et les installations sportives. Les entreprises comme les stations-service, les épiceries, les pharmacies, les chantiers de construction et les services de santé sont exemptées. De plus, toute personne entrant en Nouvelle-Écosse à partir de lundi doit s’isoler pendant 14 jours, bien qu’il y ait des exceptions pour les personnes qui fournissent des services essentiels. Les nouvelles mesures comprennent des contrôles des véhicules à la frontière du Nouveau-Brunswick.

Les îles

À Terre-Neuve-et-Labrador, le premier ministre Dwight Ball s’est dit «déconcerté» d’apprendre que certaines personnes arrivant dans la province auraient été vues socialiser dans des endroits publics plutôt que de rentrer directement à la maison; il a aussi épinglé des entreprises. «Certains d’entre vous recevront un rappel des forces de l’ordre.»

Les responsables de la santé publique ont confirmé lundi une forte augmentation du nombre d’infections probables dans la province, avec 15 nouveaux cas présumés de COVID-19, portant le total à 20 cas présumés et quatre cas confirmés. La docteure Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef de la province, a déclaré que neuf des nouveaux cas étaient liés à des cas antérieurs.

Comme plusieurs autres provinces, Terre-Neuve-et-Labrador a ordonné des fermetures d’entreprises supplémentaires, notamment des magasins de détail non essentiels, des spas et des salons de coiffure. La docteure Fitzgerald a également ordonné à tous les restaurants de ne plus servir de repas en salles et a interdit les rassemblements de plus de 10 personnes.

À l’Île-du-Prince-Édouard, la médecin hygiéniste en chef, Heather Morrison, a confirmé que le nombre de cas dans la province était demeuré inchangé à seulement trois, mais elle a précisé que certaines personnes demeurent confuses quant aux règles entourant l’éloignement social et l’auto-isolement.

Bien qu’il n’y ait eu aucune preuve de transmission communautaire dans l’île, la docteure Morrison a demandé aux parents d’adolescents d’adopter une approche directe pour les informer des règles. «Les adolescents ne prennent peut-être pas au sérieux les directives en matière de distanciation sociale», a-t-elle dit. «Aller chez un ami pour prendre un café, ce n’est pas de la distanciation sociale.»

Les plus populaires