Les avocats de Mme Meng veulent interroger un ex-sergent de la GRC, qui vit à Macao

VANCOUVER — Un avocat de Meng Wanzhou a soutenu lundi que le refus d’un policier de la GRC à la retraite de témoigner dans l’affaire d’extradition ajoute du poids à leur thèse voulant qu’il ait partagé avec les enquêteurs américains des informations sur les appareils électroniques de la dirigeante de Huawei.

Me Scott Fenton a plaidé que l’ancien sergent Ben Chang, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), est le «témoin le plus important» pour savoir si les numéros de série des appareils électroniques ont été indûment partagés avec la police fédérale américaine (le FBI). 

Le tribunal a déjà appris que le FBI avait demandé au sergent Chang des informations sur les appareils de Mme Meng afin de présenter une requête devant les tribunaux pour les obtenir —bien qu’il n’y ait aucune preuve directe que de l’information a été effectivement transmise à la police américaine.

Me Fenton a souligné lundi que le sergent Chang avait pris sa retraite six mois après l’arrestation de Mme Meng, qu’il avait déménagé à Macao et avait refusé de témoigner, si ce n’est par l’entremise d’une déclaration sous serment, où il indique qu’il n’a pas partagé d’information avec le FBI.

Ces arguments font partie de l’audience qui doit déterminer si Mme Meng a fait l’objet d’un abus de procédure des fonctionnaires canadiens, auquel cas la juge pourrait décider que la procédure d’extradition vers les États-Unis doit être suspendue. Les autorités américaines veulent la juger pour fraude, liée à une violation des sanctions américaines contre l’Iran, ce qu’elle et le géant Huawei nient.

Me Fenton a qualifié de «l’un des éléments les plus troublants de cette affaire» et de «sans précédent» le refus de l’ex-policier de la GRC de se soumettre à un contre-interrogatoire. Il a exhorté la juge à n’accorder aucun poids au témoignage écrit de l’ex-agent Chang et plutôt adopter une «inférence défavorable», ou conclure qu’un contre-interrogatoire aurait effectivement miné sa déclaration sous serment. 

Laisser un commentaire