Les bureaux de GardaWorld en Belgique ont été perquisitionnés

MONTRÉAL — La société montréalaise de sécurité GardaWorld confirme que son bureau en Belgique a été perquisitionné début avril dans le cadre d’une enquête menée par l’unité nationale des crimes financiers en France, mais affirme ne pas être la cible de l’enquête.

La porte-parole de GardaWorld, Isabelle Panelli, a soutenu mardi que mis à part les perquisitions par la police, l’entreprise ne faisait pas elle-même l’objet d’une enquête et n’était accusée d’aucun crime.

«Il n’y a aucune allégation contre GardaWorld», a fait valoir Mme Panelli par courriel. «Oui, le bureau de notre société a été perquisitionné à Bruxelles dans le cadre d’une enquête qui ne vise pas GardaWorld.»

La nouvelle de l’opération de la police française a été rapportée pour la première fois le 11 avril par le site de nouvelles Intelligence Online.

Selon le site, la police française aurait effectué une série de perquisitions le 2 avril, notamment au bureau de GardaWorld à Bruxelles, relativement à un consortium d’entreprises appelé Rapid, qui a remporté un contrat pour la construction d’un complexe de l’Union européenne en Somalie.

L’unité française chargée des crimes financiers, appelée le Parquet national financier, a confirmé à La Presse canadienne qu’elle avait ouvert une enquête préliminaire sur des allégations de corruption de responsables étrangers et de trafic d’influence.

Un porte-parole du Parquet, qui n’a pas voulu que son nom soit publié car il n’était pas autorisé à parler aux médias, a affirmé que l’enquête était liée aux «faits cités dans Intelligence Online».

Le porte-parole n’a pas voulu donner de détails sur la cible de l’enquête ni confirmer qu’elle était liée au complexe de l’Union européenne en Somalie.

Mme Panelli a déclaré que l’enquête française visait bien Rapid, mais elle a ajouté que GardaWorld n’avait jamais fait partie du consortium.

«GardaWorld a été embauchée comme sous-traitant pour des services de gardiennage et n’a pas participé à l’appel d’offres et n’a jamais fait partie du consortium Rapid», a-t-elle soutenu. «Soyons clairs, le Parquet national n’a jamais indiqué à GardaWorld qu’elle faisait l’objet d’une enquête.»

GardaWorld se décrit comme la plus grande société de services de sécurité privée au monde, avec des bureaux en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et dans les Caraïbes.

Les plus populaires