Les Canadiens au 7e rang sur 50 pays dans un sondage sur l’urgence climatique

Les Canadiens sont des «oiseaux en colère» — des «Angry Birds» — en ce qui concerne les changements climatiques, laisse croire un sondage que les Nations unies qualifient de plus important jamais réalisé sur la question.

L’enquête gigantesque, qui a attiré des répondants grâce à l’utilisation de populaires jeux en ligne, a classé le Canada au septième rang sur 50 pays dans sa perception de l’importance du problème.

Steve Fisher, un sociologue de l’Université d’Oxford qui a aidé à mener l’enquête au nom du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a indiqué que le Canada était dans un groupe au sommet parmi les pays ayant été sondés en ce qui a trait «à la reconnaissance de l’urgence climatique». 

Les trois quarts des personnes interrogées au Canada ont convenu qu’il y avait une urgence climatique; la moyenne mondiale se situe à 64 %, selon le sondage.

L’enquête a recruté des participants par l’entremise de jeux comme «Angry Birds» et «Dragon City». Pendant que ces personnes s’adonnaient au jeu, un questionnaire apparaissait au lieu d’une publicité.

La directrice du projet Cassie Flynn, qui travaille pour le programme des Nations unies, a déclaré que l’idée lui était venue alors qu’elle se trouvait dans le métro à New York.

«Chaque personne était au téléphone», dit-elle. «J’ai commencé à regarder par-dessus les épaules des gens et la grande majorité s’adonnait à des jeux. Je me suis dit: « Comment pouvons-nous tirer parti de cette situation? »»

Deux ans, 1,2 million de réponses (en 17 langues) et un grand nombre de statistiques innovantes ont mené au «Vote populaire pour le climat». Il s’agit d’une tentative, a affirmé Mme Flynn, d’évaluer le sentiment d’urgence du public face au changement climatique et ce que les gens ressentent à propos des différentes politiques.

«Les décisions (sur le climat) vont affecter chaque personne sur la planète. Ce que nous voulions, c’est faire participer l’opinion publique à ces décisions.»

Tandis que le gouvernement libéral fédéral progresse dans son ambitieux programme climatique, il semble que les Canadiens sont plus préoccupés par la question que les citoyens de bon nombre d’autres pays.

La reconnaissance au Canada d’une urgence climatique a atteint 83 pour cent pour les répondants de moins de 18 ans. Mais, à 72 pour cent, le résultat demeurait très élevé chez les plus de 60 ans.

L’enquête a également montré que les Canadiens qui estimaient que le changement climatique était une urgence y croyaient fermement. Les trois quarts d’entre eux ont déclaré qu’une action devait être prise de manière urgente et se déployer sur de nombreux fronts.

Les experts de l’Université d’Oxford ont pondéré l’immense échantillon de répondants afin qu’il soit représentatif des profils de population dans les pays sondés pour ce qui est de l’âge, du genre et du niveau d’instruction, ce qui a permis d’aboutir à une marge d’erreur de plus ou moins deux points de pourcentage, peut-on lire dans le communiqué du PNUD.

Laisser un commentaire