Les Canadiens plutôt divisés sur l’interdiction des signes religieux

OTTAWA — Le Québec a eu bien mauvaise presse au Canada anglais depuis le dépôt du projet de loi qui interdit le port de signes religieux à certains employés de l’État. Mais voilà qu’un sondage révèle qu’ils sont nombreux dans le reste du pays à partager l’opinion de la majorité des Québécois en faveur du projet de loi 21 du gouvernement Legault.

Le sondage Léger effectué pour La Presse canadienne a interrogé un échantillon non probabiliste de 1522 Canadiens. L’exercice s’est fait en ligne du 18 au 22 avril.

Ils seraient donc 46 pour cent au Canada – en tenant compte des réponses des Québécois – à appuyer le projet de loi et 42 pour cent seraient contre.

À la question «Êtes-vous en faveur ou opposé au fait de bannir le port des signes religieux visibles pour les employés du secteur public en position d’autorité (policiers, juges et enseignants du primaire et du secondaire) dans votre province?», ils étaient 66 pour cent au Québec à être «plutôt en faveur» ou «totalement en faveur».

Ailleurs au Canada, ils sont toujours plus nombreux à s’opposer à l’idée mais, à part en Alberta, l’écart entre les pour et les contre n’est pas très remarquable.

Ainsi, en Ontario, 42 pour cent appuieraient l’interdiction, 47 pour cent s’y opposeraient. Dans les prairies, ils seraient 41 pour cent pour, 44 pour cent contre. En Colombie-Britannique, le sondage a relevé 41 pour cent en faveur de l’interdiction à comparer aux 45 pour cent qui s’y opposeraient. Et puis dans les provinces atlantiques, ils seraient 41 pour cent prêts à appuyer pareil projet de loi et 50 pour cent qui n’en voudraient pas.

L’Alberta sort donc du lot avec un plus grand écart entre les pour et les contre: 34 à comparer à 53.

«Il serait faux de prétendre que tous les Québécois sont racistes parce qu’ils sont en faveur et que tous les autres sont très vertueux parce qu’ils seraient tous contre», en conclut Christian Bourque, vice-président exécutif et associé de Léger.

M. Bourque, se fiant à la couverture médiatique du projet de loi 21 s’attendait à des résultats plus «blanc et noir». «On pense que tous les Québécois sont en faveur et on pense que tous les autres Canadiens seraient contre. Et ce n’est pas (…) ce qu’on voit dans le sondage», constate-t-il.

«On est plus dans les nuances de gris», ajoute-t-il.

La différence à noter entre le Québec et les autres provinces, cependant, c’est qu’il y a une «majorité suffisante» au Québec – 66 contre 25 – qui appuie l’interdiction alors qu’ailleurs, on est beaucoup plus divisé sur la question.

Cette division se reflète aussi dans l’arène politique fédérale. Quelques élus conservateurs ont appuyé publiquement le projet de loi 21 tandis que leur chef Andrew Scheer exprime son opposition du bout des lèvres.

Chez les libéraux de Justin Trudeau, on condamne le projet de loi d’une seule voix, mais on refuse encore de dire comment on entend y répondre.

Pas si chiâleux que ça les Québécois

Autre correction dans le sondage, ce ne sont pas les Québécois qui se plaignent le plus du gouvernement fédéral.

«La grogne est essentiellement dans les provinces atlantiques, dans les provinces des prairies et en Alberta où de fortes majorités disent « non je n’obtiens pas ma juste part d’Ottawa »», note M. Bourque en analysant une autre question du sondage.

À cette question sur la «juste part», il n’y a que les Ontariens qui sont plus satisfaits d’Ottawa que les Québécois.

Ainsi, ils ont été 68 pour cent en Alberta à répondre «non», 64 pour cent dans les prairies, 58 pour cent dans les provinces atlantiques, 49 pour cent en Colombie-Britannique, 42 pour cent au Québec et 37 pour cent en Ontario.

«On semble vraiment être dans un cycle « western alienation » (sentiment d’aliénation présent dans l’ouest du Canada)», estime M. Bourque.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire