Les Canadiens rendent hommage à la reine Élisabeth II lors d’une cérémonie à Ottawa

OTTAWA — Un service commémoratif pour la reine Élisabeth II a eu lieu à Ottawa.

Ailleurs au pays, les Canadiens se sont rassemblés dans plusieurs villes pour rendre hommage à la reine Élisabeth II lundi, dans le cadre de services et d’événements locaux, après ses funérailles d’État qui ont eu lieu à Londres plus tôt dans la journée.

À l’intérieur de la cathédrale Christ Church, Albert Dumont, poète officiel anglophone d’Ottawa et conseiller spirituel algonquin, a commencé le service par un bref hommage. Il a conduit la reine Élisabeth II dans les bras de son mari, le prince Philip, décédé 17 mois plus tôt.

«Au pays de la feuille d’érable rouge, le chagrin de nombreux citoyens remplit le ciel, a-t-il déclaré. Les larmes, les prières de ses admirateurs s’envolent, comme les oies au printemps et à l’automne, se dirigeant vers la reine mère, qui attend de serrer à nouveau sa fille contre sa poitrine.»

Le service a suivi une parade dirigée par des membres des Forces armées canadiennes et des agents de la GRC à cheval qui ont défilé devant le Monument commémoratif de guerre du Canada et la colline du Parlement jusqu’à la cathédrale à l’extrémité ouest du centre-ville.

De petites foules de personnes bordaient la route malgré le temps pluvieux et frais qui recouvrait la capitale nationale.

Un salut de 96 canons – une salve pour chaque année de vie de la reine – a duré environ 16 minutes au Musée national de la guerre, à quelques rues de l’église.

Plus tôt à Londres, plusieurs gendarmes à cheval ont mené le cortège funèbre, un hommage à son indéfectible affection pour la police nationale du Canada.

Des personnalités politiques canadiennes sur place

Les bancs étaient remplis de personnalités de l’élite politique canadienne, dont la vice-première ministre Chrystia Freeland, le chef conservateur Pierre Poilievre et le chef néo-démocrate Jagmeet Singh.

L’ancien premier ministre Brian Mulroney a prononcé un discours en souvenir de l’ancienne monarque avec tendresse.

«Elle était extrêmement intelligente, a-t-il déclaré. Une femme au jugement impeccable, résolue, altruiste, ayant de la répartie — beaucoup de répartie — et gentille.»

Il a également souligné le rôle joué par la reine pour mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud, ce que Nelson Mandela a qualifié de «son plus grand triomphe».

M. Mulroney a déclaré que le triomphe «n’aurait jamais eu lieu dans le Commonwealth sans les conseils discrets, brillants et généreux de Sa Majesté et son instinct infaillible pour la victoire que nous recherchions tous».

Le défilé qui a commencé non loin du consulat britannique comprenait un membre portant le drapeau canadien de la reine, plié et emballé dans du plastique pour le protéger de la pluie.

Sandra Tisch et son mari Rob Semancik ont conduit huit heures depuis Oldcastle, en Ontario, près de Windsor, pour assister à l’événement d’Ottawa. 

«Cela a été 10 jours émouvants», a déclaré Mme Tisch, qui a apporté des fleurs à déposer au haut-commissariat britannique et une statue de la reine Élisabeth II.

«Elle a donné sa vie à son pays, et je pense qu’elle a fait beaucoup de bien.» Mme Tisch s’est également levée tôt pour regarder les funérailles télévisées à Londres.

Alexandra McLean, la descendante d’une épouse de guerre britannique qui a marié un soldat canadien, a déclaré qu’elle était sortie pour commémorer le travail de la reine et ce qu’elle symbolise pour ceux qui ont pris les armes à son service.

«Nous pleurons aussi nos grands-mères», a-t-elle raconté. 

«Nous respectons la cheffe de l’État, la démocratie constitutionnelle (et) la femme qui nous a très bien servis, et nous honorons les gens qui l’ont aimée, qui ont vu dans son service leur propre service et ce qui leur a donné la force pour ce service.»

Mme McLean a dit que tout comme le roi Charles a été ouvert aux nations du Royaume-Uni telles que le Pays de Galles, le Canada doit faire plus pour se réconcilier avec les nations autochtones.

«C’est un moment vraiment compliqué, et je ne pense pas que nous allons résoudre certains de ces problèmes sans reconnaître qu’il s’agit de problèmes familiaux.»

La sécurité était évidente, mais pas flagrante, car des agents de la police municipale d’Ottawa circulaient à bicyclette aux côtés des marcheurs du défilé. Des tireurs d’élite étaient positionnés sur certains toits d’immeubles autour du centre-ville.

Ailleurs au Canada 

Des hommages et des services religieux ont eu lieu de Saint-Jean jusqu’à Victoria lundi. Dans la capitale de Terre-Neuve-et-Labrador, la lieutenante-gouverneure Judy Foote a déposé une couronne devant un portrait de la reine lors d’un service à la cathédrale anglicane Saint-Jean-Baptiste.

Un service commémoratif pour la reine a eu lieu à la cathédrale Christ Church de Fredericton.

La lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick Brenda Murphy a fait ses adieux à la reine, disant qu’elle était très aimée pour sa grâce, son humanité et son empathie.

Le premier ministre Blaine Higgs a rendu grâce pour la vie de la reine.

Une salve de coups de canon a également eu lieu avec le service commémoratif.

Après les prières à Halifax du rabbin Gary Karlin, de la révérende Rhonda Britton, de l’imam Abdullah Yousri, de la révérende Susan Chisholm et du révérend Brian MacMillan, il y a eu un moment de silence avant que la cornemuse ne joue.

Le révérend Paul Smith, de la cathédrale de Tous-les-Saints, a prononcé la prière de louange et l’évêque anglicane de la Nouvelle-Écosse, la révérende Sandra Fyfe, a prononcé la bénédiction finale.

Les personnes rassemblées dans la cathédrale ont chanté «God Save the King» et un salut de 21 coups de canon a commencé à Citadel Hill à la fin de l’hommage.

À Charlottetown, une cérémonie à la cathédrale Saint-Pierre a débuté par un hommage au tambour mi’kmaq et une chanson.

À Edmonton, une foule modeste en imperméables a assisté solennellement à un service à l’Assemblée législative de l’Alberta et la lieutenante-gouverneure Salma Lakhani a évoqué le penchant de la reine pour le Canada.

À Toronto, les cloches ont sonné à l’ancien hôtel de ville, continuant une fois par minute pendant 96 minutes consécutives.

Les spectateurs se sont rassemblés en petit nombre sur les trottoirs environnants, certains s’arrêtant juste un instant pour rendre hommage tandis que d’autres sont restés silencieux pendant plusieurs minutes.

Et à Victoria, un défilé en l’honneur de la reine s’est rendu de la législature provinciale à la cathédrale Christ Church. La lieutenante-gouverneure Janet Austin et le premier ministre John Horgan étaient dirigés par une fanfare de la Marine royale canadienne et une garde d’honneur de 100 membres.

Un cheval sans cavalier, symbolisant un camarade tombé, faisait également partie de la parade. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.