Les candidats à la chefferie conservatrice en Alberta se disent solidaires

EDMONTON — Le nouveau Parti conservateur uni de l’Alberta s’apprête à couronner son premier chef, samedi, et les trois candidats s’entendent sur leur priorité après le vote: travailler ensemble.

Qu’il gagne ou qu’il perde, le candidat Jason Kenney a déclaré cette semaine qu’il serait heureux malgré tout, car l’objectif principal d’unir les conservateurs a été atteint.

Il a du même coup annoncé que s’il était élu chef, son premier geste serait de tendre la main à ses adversaires pour leur offrir des rôles importants au sein du parti.

Chacun des trois candidats en lice, soit M. Kenney, Doug Schweitzer et Brian Jean, espère sortir vainqueur du vote préférentiel d’une durée de trois jours qui se déroule en ligne.

Environ 62 000 membres se sont inscrits pour voter. Le scrutin a commencé jeudi et doit se poursuivre jusqu’à samedi, jour où le nom du gagnant sera dévoilé.

La journée de samedi représente le point culminant d’un plan mis de l’avant il y a plus d’un an par l’ex-ministre fédéral Jason Kenney. Il souhaitait alors réunir les deux partis d’idéologie conservatrice de l’Alberta et éviter que la division du vote ne favorise encore le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la première ministre Rachel Notley, qui a pris le pouvoir en 2015.

Doug Schweitzer, un organisateur conservateur de longue date, a prévenu qu’il était là pour rester.

«Qu’il gagne ou qu’il perde, c’est le parti de l’avenir, a-t-il déclaré au sujet du Parti conservateur uni. C’est le parti que les Albertains verront comme la solution de rechange au NPD et qui, espérons-le, formera le gouvernement en 2019.»

De son côté, Brian Jean a confié être complètement d’accord avec le plan visant à unifier les troupes conservatrices et a assuré qu’il n’avait pas l’intention de faire marche arrière.

«Je ne vais pas abandonner le Parti conservateur uni sous aucun prétexte», a-t-il indiqué.

Malgré tout, la campagne a été marquée par certaines tensions.

MM. Schweitzer et Jean ont présenté des programmes détaillés pour réduire l’endettement de la province, alors que M. Kenney s’est abstenu de donner des détails sur ses intentions.

Les candidats se sont aussi affrontés par rapport à plusieurs enjeux sociaux, notamment les droits des membres de la communauté LGBTQ et le salaire minimum.

De plus, quelques heures après le début du vote en ligne jeudi, Doug Schweitzer et Brian Jean avaient réclamé son annulation en raison d’inquiétudes sur la sécurité du processus. Un examen mené par le comité électoral de la course à la chefferie a toutefois conclu, vendredi, qu’il n’y avait eu aucune brèche.