Un gouvernement caquiste «transparent», même si l’omertà règne chez les candidats

BOUCHERVILLE, Qc — Les élus de la Coalition avenir Québec (CAQ) ont été «très disponibles» et la stratégie du nouveau gouvernement sera «axée sur la transparence», a assuré la députée caquiste Geneviève Guilbault, même si l’omertà régnait chez la quasi-totalité de ses collègues, qui ont refusé de répondre aux questions des journalistes mercredi.

La députée réélue de Louis-Hébert a répété qu’il n’y a pas eu de mot d’ordre imposé aux candidats élus et défaits pour garder le silence, à leur première réunion depuis l’élection de lundi.

Même le premier ministre élu François Legault, qui a prononcé une courte allocution, a refusé de se prêter à un point de presse. Il avait apparemment un agenda trop chargé.

À leur arrivée à ce bilan de campagne en matinée, les candidats passaient en coup de vent, saluaient les journalistes sans s’arrêter ou restaient silencieux, malgré l’insistance des journalistes.

La députée de Brome-Missisquoi, Isabelle Charest, a serré les lèvres. D’habitude loquace, le vétéran François Bonnardel, réélu dans Granby, est resté évasif.

Les députés Geneviève Hébert (Saint-François), Jean Boulet (Trois-Rivières), Claire Samson (Iberville), François Paradis (Lévis) et Pierre Fitzgibbon (Terrebonne) ont fait de même. Des attachés de presse les accompagnaient.

Pourtant, Geneviève Guilbault a soutenu qu’il n’y a pas eu de mot d’ordre imposé aux caquistes.

«C’est généralement des rencontres qui se déroulent entre nous, donc en privé, mais on a quand même choisi d’ouvrir une partie de cette rencontre-là, soit l’allocution du premier ministre élu, aux médias», a-t-elle affirmé. 

Le député de La Peltrie, Éric Caire, affirme ne pas avoir entendu parler d’un «mot d’ordre».

«Il y a toujours un défi de communication quand vous avez un nouveau groupe parlementaire, a-t-il dit. Je l’ai vécu avec l’ADQ (Action démocratique du Québec) et avec la CAQ à nos débuts. C’est tout le temps vrai. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil.»

Geneviève Guilbault plaide pour sa part que la CAQ avait choisi deux porte-parole mercredi, soit elle et son collègue de Borduas, Simon Jolin-Barrette, qui ont pris part à une conférence de presse peu après la réunion.

Mme Guilbault disait qu’elle s’exprimait à titre de «porte-parole de la transition du gouvernement».

«M. Legault a toujours souhaité mettre de l’avant son équipe, a-t-elle dit. Ce sera la marque de commerce en quelque sorte de notre gouvernement.»

La députée de Louis-Hébert a répété que ses collègues et elle sont accessibles et continueront de l’être.

«Nous avons été très disponibles et nous le serons encore, comme gouvernement, car nous voulons avoir une stratégie de communication axée sur la transparence», a-t-elle conclu.

Les commentaires sont fermés.

C’est le temps de les laisser planifier. Comme c’est plaisant de savoir que le nouveau gouvernement prend le temps de gérer comme des gens d’affaires. Le Québec est désormais géré sainement comme une PME à succès.

Les plus populaires