Les cas graves de COVID sont rares chez les enfants, confirme une nouvelle étude

MONTRÉAL — Les enfants hospitalisés en raison de la COVID-19 demeurent rares, confirme une nouvelle étude, et la maladie chez ceux qui le sont est souvent nettement moins grave que chez les adultes.

L’étude menée dans le cadre du Programme canadien de surveillance pédiatrique comporte 111 cas d’infection par le virus SARS-CoV-2 chez des enfants et des adolescents hospitalisés. Toutefois, seulement 51 % d’entre eux avaient été hospitalisés en raison du virus; la maladie a été détectée chez les autres après leur hospitalisation pour une tout autre raison.

«En pratique, tous les enfants sont dépistés (pour la COVID-19) au moment de leur admission, dans la majorité des hôpitaux, a expliqué la docteure Fatima Kakkar, l’une des investigatrices principales de l’étude et une spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques au CHU Sainte-Justine. Donc on trouve la COVID, mais l’enfant arrive par exemple pour une fracture du bras ou une appendicite.»

Par rapport aux 13,5 % d’hospitalisations chez les patients de tout âge, ajoute-t-on dans un communiqué, seulement 1,3 % des enfants atteints d’une COVID-19 diagnostiquée avaient été hospitalisés.

Ces données semblent donc démontrer que les cas de COVID-19 aiguë chez les enfants canadiens sont légers par rapport à ceux recensés chez les adultes canadiens.

«On sait que les gens ont peur (avec le retour à l’école), a dit la docteure Kakkar. Mais il faut dire que ce n’est pas du tout la même maladie chez l’enfant que chez l’adulte. (…) Même les enfants qui ont des comorbidités et qui sont à risque, qui ont d’autres maladies, ce n’est pas du tout pareil. On voulait sortir ces données pour rassurer les gens maintenant que leurs enfants sont à l’école. La COVID-19 n’est pas une maladie sévère chez l’enfant.»

Les enfants qui sont hospitalisés pour la COVID-19 «ne sont pas du tout intubés ou ventilés de la même façon que les adultes», ajoute-t-elle.

«Ce sont vraiment des hospitalisations de courte durée pour traiter des symptômes, mais ce ne sont pas des maladies graves comme chez l’adulte», a conclu la docteure Kakkar.

Laisser un commentaire
Les plus populaires