Les chefs de parti en Ontario tentent une dernière fois d’attirer les indécis

TORONTO — Les chefs des principaux partis en Ontario ont tenté, mercredi, d’attirer les électeurs indécis dans leurs rangs, en cette ultime journée de campagne.

Ils ont prévenu les électeurs des risques économiques de voter pour leurs rivaux, tout en faisant valoir les avantages fiscaux et sociaux d’un vote pour leur formation politique.

Reprenant la rhétorique principale de sa campagne, la chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Andrea Horwath, a présenté l’enjeu du scrutin de jeudi comme un choix «évident» entre son plan positif pour aider les familles à se bâtir une vie meilleure, et les propositions de réduction des coûts de Doug Ford et de ses progressistes-conservateurs.

Faisant campagne dans l’est de Toronto, où le NPD espère s’emparer de quelques sièges, Mme Horwath a déclaré que le plan de Doug Ford ferait en sorte d’«enrichir encore plus les riches, de couper dans les services publics et de rendre la vie des familles encore plus difficile».

Tout en prêchant pour son propre parti, M. Ford a fait écho à ce message de Mme Horwath selon lequel les électeurs ont des options claires devant eux jeudi. En campagne à Burlington, M. Ford a déclaré que les électeurs allaient «voter soit pour un NPD qui détruira notre économie, soit pour un gouvernement conservateur qui créera de la prospérité dans cette province».

Les plus récents sondages laissent croire que Mme Horwath et M. Ford sont au coude à coude, bien que la distribution des votes pourrait favoriser les progressistes-conservateurs en termes de sièges. Les libéraux, au pouvoir depuis 2003, traînent loin derrière, selon les sondages.

La chef libérale, Kathleen Wynne, qui a déjà reconnu que sa formation politique ne formerait pas le prochain gouvernement, a appelé les électeurs à éviter au moins d’accorder une majorité à Mme Horwath ou à M. Ford, en élisant certains députés du Parti libéral.

Mme Wynne a lancé mercredi ses dernières salves contre les néo-démocrates, les présentant comme des idéologues de gauche rigides, et contre les progressistes-conservateurs, pour avoir l’idée fixe de couper dans les services tout en refusant de présenter un cadre financier à leur plateforme électorale.

Ce flou du chef conservateur «a eu une influence perturbatrice» sur la campagne, a soutenu Mme Wynne mercredi. «Les gens en sont encore à faire leur choix.»

Les bureaux de scrutin seront ouverts jeudi de 9 h à 21 h.