Fin du marathon électoral

Le chef de la CAQ François Legault a livré un discours partisan à des militants, dans la région de Québec, pendant que Dominique Anglade, Éric Duhaime, Gabriel Nadeau-Dubois et Paul St-Pierre Plamondon votaient, chacun dans sa circonscription.

MONTRÉAL — François Legault est allé bien plus loin lundi que d’inciter les électeurs à aller voter, le message habituel que transmettent les chefs le jour du vote.

Il a carrément livré un discours partisan à une foule de militants réunis au quartier général électoral régional de Québec, situé dans la circonscription Vanier-Les-Rivières.

Il a rompu avec l’usage voulant que les chefs laissent les citoyens s’exprimer le jour du vote et se gardent un devoir de réserve.

La CAQ dit avoir vérifié avec un avocat et assure que le discours du chef était «correct» même le jour du scrutin. Il pouvait le faire devant ses militants.

Pour sa part, Élections Québec n’y voit pas d’infraction.

«La Loi électorale ne prévoit pas d’interdiction pour un candidat de faire campagne le jour de l’élection. Des règles s’appliquent quant à la présence de candidats sur un lieu de vote», a-t-on précisé dans un courriel.

Ainsi un candidat ne peut inciter un électeur à voter en sa faveur sur les lieux d’un bureau de vote.

M. Legault a énoncé les priorités qu’il a établies pour son éventuel prochain mandat.

Il a également fait référence à des épisodes de la campagne concernant l’immigration et la défense du français.

Le chef de la CAQ termine ainsi sa campagne dans Québec, une région caquiste, mais maintenant convoitée par le Parti conservateur d’Éric Duhaime, qui espère y faire une percée.

La CAQ espère quant à elle fait des gains, nommément dans Jean-Lesage, une circonscription détenue par Québec solidaire. M. Legault s’est même prêté à une séance de téléphone, pour inciter des électeurs à aller voter.

M. Legault n’a pas voté lundi. En effet, il a rompu avec la tradition voulant que les chefs votent le jour du scrutin.

Il est plutôt allé voter par anticipation dimanche de la semaine dernière, dans sa circonscription de L’Assomption, en banlieue de Montréal.

Le jour du scrutin est le moment de laisser de côté les commentaires partisans et de faire un appel au vote, a de son côté déclaré le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, qui est allé voter dans sa circonscription de Camille-Laurin, à Montréal, en avant-midi.

«C’est une valeur fondamentale de s’exprimer à travers le vote. C’est rare une fois aux quatre ans, ce n’est pas beaucoup», a-t-il souligné.

Vous avez voté pour qui, lui a demandé un journaliste? «C’est secret», a répondu à la blague M. St-Pierre Plamondon après avoir échappé un rire.

Au cours de la campagne, le chef du PQ avait exprimé sa crainte d’une baisse du taux de participation. Il a dit être moins préoccupé aujourd’hui.

«Je m’inquiète moins. J’ai trouvé qu’on a réussi, tous les partis, ensemble je ne parle pas juste de nous. On a réussi à livrer des débats et à intéresser à des niveaux qui me donnent espoir que le taux de participation sera nettement meilleur qu’aux élections générales de l’Ontario où on a atteint 43 %, ce qui est vraiment catastrophique», a-t-il observé.

Par la suite, M. St-Pierre Plamondon a fait un arrêt au local électoral du PQ à Camille-Laurin. Visiblement ému, il a remercié les militants qui ont travaillé à sa réélection. «C’est une campagne dont on peut être très fier. Quarante pour cent des francophones pensent qu’on a fait la meilleure campagne», faisant référence à un sondage Léger publié dimanche.

La cheffe libérale Dominique Anglade était aussi à Montréal pour se rendre voter dans la circonscription de Saint-Henri-Sainte-Anne.

«C’est un message important à envoyer à tous les Québécois, c’est de dire: « Allez voter aujourd’hui ». Ça c’est l’exercice le plus important à faire aujourd’hui», a-t-elle dit aux journalistes.

«On a chacun livré sa campagne, mais là, la parole est aux Québécois.»

Gabriel Nadeau-Dubois, le chef de Québec solidaire, s’est également rendu voter dans la circonscription montréalaise de Gouin, en compagnie de sa conjointe et de leur enfant en poussette.

Éric Duhaime, pour sa part, votait dans Chauveau, dans la région de Québec.

«J’espère que le taux de participation aujourd’hui va être très élevé», a-t-il déclaré près de l’école secondaire Roger-Comtois, à Québec, où il a voté.

«Déjà que le bureau de vote par anticipation, ça a été très positif, on a eu un taux de participation beaucoup plus élevé, j’espère que ça va être la même chose pour le jour du vote.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.