Les Chinois se ruent vers les salles de cinéma

PÉKIN, Chine — Les films et les salles de cinéma sont plus populaires que jamais dans le plus grand marché cinématographique de la planète.

Maintenant que le coronavirus semble sous contrôle en Chine et que les salles peuvent être remplies à la moitié de leur capacité, les cinéphiles fracassent des records aux guichets et les productions locales demeurent nettement plus populaires que leurs rivales hollywoodiennes.

Les ventes de billets de cinéma totalisent 2,1 milliards $ CAN depuis le début du mois de février, ce qui en fait le mois le plus lucratif de l’histoire du pays.

La Chine est devenue l’an dernier le plus important marché mondial des ventes de billets de cinéma, quand la pandémie a matraqué le marché américain.

Les salles chinoises ont pu commencer à rouvrir au milieu de l’an dernier et l’achalandage est en hausse constante depuis ce moment. Les films domestiques profitent aussi de périodes officieuses pendant lesquelles seules des productions domestiques peuvent être présentées. Les films chinois auraient aussi été moussés par la pénurie de grandes productions hollywoodiennes depuis quelques mois.

«Les gens ont été encouragés à rester à Pékin pour le Nouvel An lunaire, donc aller au cinéma est devenu le premier choix de divertissement», a expliqué Chu Donglei, de la chaîne de salles Poly Cinema.

Le port du masque demeure obligatoire et les cinéphiles doivent enregistrer leur téléphone cellulaire pour qu’on puisse les rejoindre en cas d’éclosion. Seulement un siège sur deux peut être occupé, ce qui restreint l’accès aux films les plus populaires.

Selon le Réseau de données sur le cinéma chinois, 95 % des ventes de billets ont été générées par sept des films les plus lucratifs dont le lancement a coïncidé avec le festival du Nouvel An lunaire, qui cette année a commencé le 12 février.

«Salut, maman», une comédie de voyage dans le temps écrite, dirigée et jouée par Jia Ling, a pris la première place avec des recettes d’environ 850 millions $ CAN. La comédie policière «Detective Chinatown 3» a suivi, avec des ventes d’environ 810 millions $ CAN.

Les récentes recettes aux guichets témoignent «de la grande résilience et des fondations solides de l’industrie cinématographique chinoise», a dit Fu Yalong, le directeur adjoint de la firme de données ENDATA, qui se spécialise dans l’industrie du divertissement.

«Il y a eu différents genres de films pendant le Nouvel An lunaire et le public a été satisfait, a dit M. Fu. Même avec l’impact de la pandémie et l’augmentation du prix des billets, ça a été un succès.»

L’an dernier, la Chine a vendu pour 3,4 milliards $ CAN de billets de cinéma, comparativement à 2,9 milliards $ CAN aux États-Unis, où les ventes se sont effondrées de 80 %.

«Les 800», un film d’action qui glorifie la résistance chinoise aux envahisseurs japonais dans les années 1930, a été le film le plus lucratif de la planète, avec des ventes de 580 millions $ CAN, essentiellement en Chine.

Les salles de cinéma chinoises ont temporairement fermé leurs portes au printemps, au plus fort de la crise sanitaire, mais elles ont graduellement repris leurs activités l’été dernier. En date de vendredi, la Chine ne rapportait aucune transmission locale du virus depuis 11 jours.

Depuis l’éclosion de la pandémie à Wuhan à la fin de 2019, la Chine a recensé 89 87 infections, dont 4636 décès.

– Par Andy Wong, The Associated Press

Laisser un commentaire